/sports/racing
Navigation

C'est la fin pour la Formule E à Montréal

Formule E
Photo d'archives, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

La mairesse de Montréal Valérie Plante a annoncé lundi que la tenue de l'événement de la Formule E dans la métropole sera définitivement annulée.

«Une nouvelle course coûterait de 30 à 35 millions $ en subvention pour la Ville de Montréal. La Formule E ne sera pas de retour à Montréal dans ces conditions», a dit Valérie Plante en conférence de presse à l’hôtel de ville.

Elle a qualifié cet événement de «fiasco financier», attribuable en grande partie à l’administration de Denis Coderre.

La mairesse a mentionné que la tenue de la course au centre-ville était impossible.

«Les nuisances causées par la course autant pour les résidents que pour les commerçants étaient beaucoup trop importantes», a-t-elle précisé. Impossible aussi de la tenir au circuit Gilles-Villeneuve où des travaux de réfection sont prévus en 2018.

Elle a précisé qu’elle a proposé aux dirigeants de la Formule E de reporter d’un an la course ce qui a été «refusé catégoriquement».

«Il n’y aura pas d’autres éditions», a-t-elle dit.

Les pénalités pour rompre cette entente ne seront pas assumées par la Ville, selon elle.

«Tous les contrats ont été signés entre le promoteur, Montréal c’est électrique et la Formule E. C’est Montréal c’est électrique qui est garant de ce contrat», a-t-elle mentionné.

Elle a souligné que cet organisme faisait déjà face à un lourd déficit et qu’il doit encore faire face à «6,2 millions $ en factures impayées»

Montréal était liée à la Formule E jusqu'à juillet 2019 avec option de renouveler pour les trois années suivantes. C’est à Montréal que devaient être disputées, les 28 et 29 juillet 2018, les épreuves finales de la saison qui s’est amorcée à Hong Kong au début de décembre.

Durant la campagne électorale, la chef de Projet Montréal avait promis de tenir cette course ailleurs qu’au centre-ville de la métropole, car cet événement avait causé de nombreux désagréments pour les résidents.

La semaine dernière, on apprenait que Montréal c’est électrique (MCE), l’organisme qui chapeaute le dossier de la Formule E, devait plusieurs millions en droits de course.

Le Bureau de l'inspecteur général (BIG) de la Ville de Montréal, dirigé par Me Denis Gallant, avait entamé une enquête sur la Formule E, avant les élections municipales de novembre dernier.

Notre Bureau d'enquête avait dévoilé en novembre que Sylvain Vincent, le patron de l'organisme, a donné sans appel d'offres le contrat de réalisation de l'événement au promoteur evenko, alors qu'il siégeait au sein de la Fondation evenko.

M. Vincent avait expliqué qu'evenko était déjà impliqué dans le projet depuis deux ans avec le bureau du maire Coderre. Selon lui, le contrat semblait déjà dans la poche pour evenko.

Selon TVA, le BIG examinait aussi des contrats octroyés par la Ville concernant la Formule E.

Parmi eux, il y a le contrat des murets servant pour la course. Montréal a déboursé 7,5 millions $ pour 1500 murets de béton neufs semblables à ceux qu'on retrouve déjà sur les chantiers de construction.

Ces murets étaient exigés par la Fédération internationale de l'automobile.

Il y a aussi le contrat d'asphaltage. En mai dernier, on avait procédé au coût de 4,5 millions $ à des travaux d'asphaltage d'une portion du boulevard René-Lévesque. Le contrat avait été octroyé à Demix Construction.