/sports/racing
Navigation

Somptueux partys pour la Formule électrique

Les organisateurs de la course annulée hier ont reçu leurs invités à grands frais l’été dernier

Formule E Gala
Photo courtoisie Le gala de clôture de la saison de la Formule E a eu lieu le 31 juillet au New City Gas à Montréal en présence des dirigeants du circuit et des pilotes.

Coup d'oeil sur cet article

Les organisateurs de la course de Formule électrique (FE), un événement qui a été annulé hier par la mairesse Valérie Plante, ont dépensé 1,2 million $ pour organiser deux somptueux partys VIP.

Notre Bureau d’enquête a appris que ce sont les contribuables montréalais qui risquent de ramasser la majeure partie de cette facture. Un de ces évènements était le gala de clôture de l’année pour les pilotes. Il a eu lieu au New City Gas et réunissait la crème de la FE, des élus et quelques vedettes. L’autre événement VIP, le Emotion Club, a accueilli les spectateurs plus nantis durant la course. On y trouvait du champagne à volonté, un menu gastronomique et une performance de DJ.

Le directeur général de Montréal c’est électrique (MCE), Simon Pillarella, a fait valoir auprès de notre Bureau d’enquête que ces deux réceptions faisaient partie des obligations au contrat pour accueillir la finale du championnat. Selon lui, elles avaient été négociées par le cabinet de l’ex-maire Denis Coderre.

Le responsable du transport au comité exécutif dans l’administration Coderre, Aref Salem, a publié sur Facebook une photo de sa présence à la soirée où on le voit avec une femme qui porte une robe distributrice d’alcool. Rien n’indique toutefois que M. Salem soit lié au fiasco de l’évènement.
Photo courtoisie
Le responsable du transport au comité exécutif dans l’administration Coderre, Aref Salem, a publié sur Facebook une photo de sa présence à la soirée où on le voit avec une femme qui porte une robe distributrice d’alcool. Rien n’indique toutefois que M. Salem soit lié au fiasco de l’évènement.

Pas de course l’été prochain

MCE, l’organisme sans but lucratif chargé d’organiser la course, se retrouve en sérieuses difficultés financières avec une dette de 13,5 M$ liée à l’événement qui a paralysé les rues du centre-ville en juillet dernier.

Devant le « fiasco financier », la mairesse Valérie Plante a décidé de mettre fin à la course qui devait avoir lieu en 2018 et 2019. Elle a estimé hier en conférence de presse que la tenue de l’événement en 2018 aurait coûté 30 à 35 M$ supplémentaires.

La décision de ne plus mettre d’argent public dans l’aventure a été prise par la mairesse à la suite d’une rencontre avec un des principaux dirigeants de la FE, Alberto Longo, qui a eu lieu vendredi à Montréal. La proposition de l’administration Plante de suspendre la course pour un an, le temps de revoir les finances de l’événement et d’aménager une piste adaptée au circuit Gilles-Villeneuve, a alors été rejetée par Longo.

Selon les premières estimations, il en aurait coûté entre six et 10 millions pour adapter le circuit Gilles-Villeneuve. D’autres sites ont également été envisagés, notamment autour du stade olympique, au Technoparc de Saint-Laurent et même à l’ancien hippodrome.

Coderre avait promis 11,5 M$

Selon MCE, le cabinet de l’ex-maire Denis Coderre s’était engagé à trouver 11,5 M$ en subventions gouvernementales pour l’événement, mais n’a finalement livré que 3,45 M$. Rappelons que la Ville de Montréal a investi 24 M$ en plus d’offrir une caution de 10 M$ aux organisateurs, qui a été presque entièrement utilisée à ce jour.

Ce qu’ils ont dit

« Le montage financier de l’ancienne administration était irréaliste, déconnecté et voire même douteux. »

– Valérie Plante, mairesse de Montréal

« On avait un événement naissant, qui n’avait pas encore fait ses preuves. [...] Notre subvention [de 1,5 million de dollars] a été à la hauteur de notre prudence. »

– Martin Coiteux, responsable de la région de Montréal

« Dans un contexte où ces chiffres-là [présentés par la mairesse] s’avèrent véridiques et peuvent être vérifiés, on pense que la décision d’annuler la Formule E est justifiée. Il faudra attendre le bilan et les états financiers de la part de MCE. »

– Lionel Perez, chef de l’opposition

« C’est du mépris pour les élus. L’administration de Denis Coderre a refusé de nous donner l’information [quand on a commencé à poser des questions sur le financement] et ils nous ont carrément induits en erreur au conseil municipal. »

– Marvin Rotrand, conseiller de ville pour Coalition Montréal

« Dès le début, c’était un total non-sens la manière dont le dossier a été mené par l’administration Coderre. [...] On est soulagés en tant que commerçants, en tant que citoyens et en tant que payeur de taxes. »

– Frédéric Cormier, propriétaire du bar Station Ho.st

« Ça démontre que les citoyens peuvent faire une différence s’ils s’organisent bien. On a été capable de démontrer notre cause et on a réussi. »

– Heidi Miller, instigatrice du groupe Formule citoyenne

Chronologie des événements

♦ 9 juin Le chantier de préparation du circuit de la Formule E cause un trafic monstre au centre-ville de Montréal. Les 1140 citoyens enclavés dans le circuit ont déjà de la difficulté à se rendre chez eux et les 25 commerçants notent une baisse de la clientèle.

♦ 25 juillet Projet Montréal critique le choix du site ainsi que les 24 M$ investis par la Ville de Montréal dans l’événement, dont 7,5 M$ en murets de béton. Projet Montréal fait valoir que la course aurait dû être organisée sur le circuit Gilles-Villeneuve. Le maire écarte cette option.

♦ 29 juillet Pendant l’événement, en plus du trafic au centre-ville, les commerçants du circuit perdent la majorité de leur clientèle. Plus d’un million de dollars ont été dépensés pour la surveillance policière.

♦ 31 juillet Le maire et le promoteur de la Formule E refusent de dire si la course a été rentable, quelle proportion de la marge de crédit de 10 M$ accordée par Montréal à l’organisateur a été utilisée et combien de billets pour l’événement ont été donnés.

♦ 1er novembre Le promoteur dévoile finalement que, des 45 000 billets produits, 20 000 ont été donnés aux fournisseurs et aux résidents du secteur. Selon TVA Nouvelles, seulement 5000 billets auraient été achetés.

♦ 2 novembre Notre Bureau d’enquête dévoile les liens étroits qui existent entre l’organisateur de la Formule E, Montréal, c’est électrique, et le promoteur evenko.

- Laurence Houde-Roy