/news/currentevents
Navigation

Une octogénaire meurt dans le brasier d’une boulangerie

Une douzaine de Montréalais ont été jetés à la rue quelques jours avant Noël

FD-INCENDIE-MORTEL-GUIZOT
Photo agence qmi, PASCAL GIRARD Une femme de 88 ans est décédée dans un logement de la rue Guizot, à Montréal, à la suite de l’incendie d’une boulangerie.

Coup d'oeil sur cet article

Une octogénaire ayant de la difficulté à se déplacer a été piégée dans son logement et a péri, mardi, lorsqu’un incendie a éclaté dans le four à pain de la boulangerie située au rez-de-chaussée de son immeuble du quartier Villeray.

Pauline Roby Desbiens, 88 ans, résidait dans l’appartement situé juste au-dessus de la Boulangerie Guizot, située sur la rue du même nom, à Montréal.

« On la voyait parfois à la boulangerie, mentionne la gérante, Anabela Medeiros. Elle était très discrète. »

Selon des voisins, elle semblait sans histoire et faisait parfois des marches dans le quartier avec une canne.

Au moment où l’incendie s’est déclaré, vers 1 h 30, trois employés s’affairaient à la préparation de pains et de pâtisseries, selon Mme Medeiros.

« Quand ils ont allumé le four, ils ont vu la température grimper rapidement. Quand ils l’ont ouvert, ils ont vu le feu qui était pris », a-t-elle expliqué au Journal de Montréal.

Four à pain

Les employés se sont précipités à l’extérieur pour appeler les pompiers et sonner aux portes des résidents.

Malheureusement, le corps de Mme Roby Desbiens a été découvert par les pompiers vers 3 h 30 dans les décombres.

Mme Medeiros, qui travaille à la boulangerie portugaise depuis 14 ans, souligne également que des rénovations avaient été faites par le propriétaire il y a quelques années.

Joel Gouveia. Sinistré
Photo Axel Marchand-Lamothe
Joel Gouveia. Sinistré

Le brasier a également jeté à la rue une douzaine de personnes dans les logements adjacents, dont Joel Gouveia, qui patientait pour récupérer des effets personnels en début d’après-midi.

Triste

« C’est vraiment triste pour la famille de la dame, juste avant Noël comme ça », confie celui qui demeurait à l’extrémité du bâtiment.

Il pourra compter sur la solidarité de ses compatriotes pour le temps des Fêtes.

« Il faut s’entraider, je n’allais pas le laisser dans la rue », raconte Lionel Avila, qui l’accueillera avec son chien rescapé de l’incendie.

Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes exactes du sinistre.