/news/transports
Navigation

La CAQ presse les libéraux de s’expliquer sur le tramway

La CAQ presse les libéraux de s’expliquer sur le tramway
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

La Coalition avenir Québec presse le ministre responsable de la Capitale-Nationale, Sébastien Proulx, d’expliquer l’intérêt nouveau des libéraux pour le tramway, un projet auquel ils avaient pourtant tourné le dos.

«Moi ce que je veux voir, c’est quelles sont ces nouvelles données qui font qu’un projet qu’on a cru mort et enterré est aujourd’hui intéressant. Je veux qu’on nous explique ça», a réclamé le député caquiste Éric Caire, en entrevue avec notre Bureau parlementaire.

La CAQ presse les libéraux de s’expliquer sur le tramway
Photo Simon Clark

 

Il faut dire que la CAQ n’a jamais été trop emballée par le projet de tramway. Lors des dernières élections générales, le Parti libéral s’était finalement rallié au «no way, tramway» lancé par le porte-parole régional de la CAQ de l’époque, Gérard Deltell.

Il n’y a pas plus tard que l’an dernier, le prédécesseur de Sébastien Proulx, François Blais, avait même dû se rétracter après avoir rouvert la porte au tramway lors d’une entrevue avec Le Journal.

Si les libéraux ont une fois de plus changé leur fusil d’épaule, ce n’est pas encore le cas des troupes de François Legault. «On n’est pas plus chaud à l’idée (du tramway) qu’on l’était, ça n’a pas changé», a signalé M. Caire.

Le porte-parole régional de la CAQ assure que son parti a toujours été favorable à l’amélioration du réseau de transport en commun à Québec. «Mais je ne comprends pas ce nouvel engouement postélectoral pour le tramway», a-t-il indiqué.

Québec–Lévis

M. Caire espère que le prochain rendez-vous électoral, en 2018, sera pour les citoyens une occasion de se prononcer sur un projet transport en commun structurant clair et défini.

Il lui apparaît aussi «essentiel» que le futur réseau de transport en commun structurant relie Lévis et Québec, ce que permettrait facilement la réalisation d’un troisième lien inter-rives, a-t-il fait valoir.

«La première priorité pour nous, c’est le 3e lien, ça c’est clair. Par contre, on est bien conscient que le 3e lien n’est pas la seule solution à mettre en place pour décongestionner la Ville de Québec », a dit M. Caire.