/opinion/columnists
Navigation

Les quêteux montés à cheval

Les quêteux montés à cheval
Photo tirée du compte Facebook de Aref Salem

Coup d'oeil sur cet article

La Formule électrique aura laissé un bien mauvais souvenir à Montréal. Les partys à plus d’un million de dollars dont Le Journal a révélé l’ampleur hier viennent s’ajouter au goût amer de l’événement. Peu de gens vont pleurer après l’annulation imposée par la mairesse Valérie Plante.

Soyons clairs : ce sont les contribuables qui vont ramasser la facture du party. Lorsqu’un événement ne couvre même pas ses frais de base, on ne peut pas imaginer que les effluves de champagne seront financés à même ses profits. À la fin de l’exercice, la marge de crédit sera bien remplie, ce seront les contribuables montréalais qui auront l’honneur de tout éponger.

À travers diverses subventions, ce sont en réalité les contribuables de tout le Québec qui ont mis la main dans leur poche pour que quelques invités dits « prestigieux » mettent la main dans les buffets de luxe. Martin Coiteux peut bien se vanter aujourd’hui d’avoir limité sa subvention, démontrant sa « prudence ».

Le cirque de la F1

La Formule 1 nous a habitués à ses partys fastes ou le vin cher coule à flots et les belles tenues sont à l’honneur. Sauf que la Formule 1 représente un vrai happening qui attire l’argent. Chacun a le droit de détester ces démonstrations exagérées de luxe ou ces étalements de richesse et de « glamour ». Cela peut vous dégoûter ou vous rendre jaloux... mais quand c’est payé avec du vrai argent, c’est autre chose.

La Formule 1 attire une clientèle internationale, et cette semaine de vie des gens riches et célèbres laisse des retombées majeures dans l’économie du Québec. Les boutiques chics, les grands restos et les bijouteries passent généralement une semaine de rêve pendant le Grand Prix. Les hôtels sont pleins... de clients qui sont pleins. Les gros partys font partie de ce lot.

Dans le cas de la Formule E, il semble bien que les retombées soient essentiellement nulles. Très peu de clientèle extérieure, et même à la clientèle locale, il vaut mieux donner les billets puisque ceux-ci se vendent bien peu. Ce sont donc les fonds publics qui soutenaient artificiellement l’événement.

Attention !

Lorsque votre activité tient debout uniquement grâce à l’argent des contribuables, comment pouvez-vous jouer au pacha dans les activités VIP et les soirées hollywoodiennes ? Des gens entièrement dépendants de l’État qui jouent aux bonzes à succès, voilà exactement ce que ma mère appelait des « quêteux montés à cheval ». Une expression québécoise fort imagée qui résume bien la situation.

Je sais que certains illusionnistes croient dans la thèse voulant que « si tu te comportes comme un Big, les gens vont finir par te voir et de traiter comme un Big et tu vas devenir Big ». Heu... à ne pas essayer avec des fonds publics SVP.

Valérie Plante a mis fin à la récréation. Elle s’est montrée capable de prendre des décisions et capable de les présenter rationnellement à la population. Elle a gagné beaucoup de respect. Et évité une grande colère populaire.