/weekend
Navigation

15 romans québécois qui ont marqué l’année

Coup d'oeil sur cet article

Il y a les romans qui font des best-sellers, qui gagnent des prix, qui ont un succès critique ou bien qui font jaser. Et il y a ceux, peut-être pas les mêmes, qui au bout de l’année restent dans la mémoire. En voici 15, chacun à leur façon inoubliable.


L’année noire : Les inquiétudes (tome 1) et Les certitudes (tome 2)

Jean-Simon DesRochers</br>
Les Herbes rouges, 590 pages (tome 1) et 490 pages (tome 2)
Photo courtoisie
Jean-Simon DesRochers
Les Herbes rouges, 590 pages (tome 1) et 490 pages (tome 2)

Spécialiste du roman choral, Jean-Simon­­­ DesRochers s’est attaché cette fois aux pas d’une vingtaine de personnages pendant un an. Un jeune garçon a disparu, et tout son quartier se ressentira de ce malheur. Les destins se croisent en un ballet ingénieux et prenant. (JB)


La mémoire du temps

Mylène Gilbert-Dumas</br>
VLB éditeur, 541 pages
Photo courtoisie
Mylène Gilbert-Dumas
VLB éditeur, 541 pages

Le roman de Mylène Gilbert-Dumas, un solide thriller sur fond de mystère religieux bien documenté, vaut tous les Dan Brown ! Un papyrus qui porte malheur, un passage en Égypte, un détour par une réserve autochtone, des manigances à Ottawa... Nous, on tourne les pages ! (JB)


Affaires privées

Marie Laberge</br>
Éditions Québec Amérique, 536 pages
Photo courtoisie
Marie Laberge
Éditions Québec Amérique, 536 pages

Marie Laberge explore avec une écriture puissante les tréfonds de l’âme humaine dans une intrigue policière complexe où l’on voit l’humain dans toutes ses contradictions. (MFB)


Avec un grand A

Janette Bertrand</br>
Éditions Libre-Expression, 240 pages
Photo courtoisie
Janette Bertrand
Éditions Libre-Expression, 240 pages

À 92 ans, Janette Bertrand s’est intéressée avec tact et empathie à l’un des derniers tabous de la société dans son nouveau roman : la bisexualité. (MFB)


L’embaumeur

Anne-Renée Caillé</br>
Héliotrope, 102 pages
Photo courtoisie
Anne-Renée Caillé
Héliotrope, 102 pages

Ce n’est pas un roman, c’est l’histoire vraie d’un homme qui raconte à sa fille son travail si particulier. Et la fille, l’auteure, nous rend son propos avec une telle délicatesse que notre curiosité de départ cède devant la poésie du récit, sa profonde humanité. (JB)


La dévoration des fées

Catherine Lalonde</br>
Le Quartanier, 143 pages
Photo courtoisie
Catherine Lalonde
Le Quartanier, 143 pages

Quelle verve, quel verbe pour cette fable pour les grands ! Sur fond de misère va se déployer le lien entre une grand-maman et sa p’tite qui se rebelle devant le destin et qui jubile devant la vie. C’est d’une beauté crue, qui n’a rien d’innocent. (JB)


La mort d’une princesse

India Desjardins</br>
Les Éditions de l’Homme, 296 pages
Photo courtoisie
India Desjardins
Les Éditions de l’Homme, 296 pages

India Desjardins raconte avec vivacité et une pointe d’humour le quotidien d’une trentenaire qui apprend à voir la vie de couple avec beaucoup de lucidité. (MFB)


Autopsie d’une femme plate

Marie-Renée Lavoie</br>
XYZ, 244 pages
Photo courtoisie
Marie-Renée Lavoie
XYZ, 244 pages

Parce qu’il faut rire aussi, autant le faire aux éclats ! Et ici, c’est garanti tant Diane Delaunais, héroïne très en colère d’avoir été larguée par son mari, choisit de se défouler. Fi de la victimisation, madame réagira ! Quoi de plus approprié, surtout cette année ! (JB)


Le poids de la neige

Christian Guay-Poliquin</br>
Éditions La Peuplade, 312 pages
Photo courtoisie
Christian Guay-Poliquin
Éditions La Peuplade, 312 pages

Deux inconnus sont forcés de s’entraider pendant une panne d’électricité dans ce roman d’une rare intensité dramatique, qui traduit parfaitement les forces de l’humain et de la nature. (MFB)


Les noyades secondaires

Maxime Raymond Bock</br>
Le cheval d’août, 370 pages
Photo courtoisie
Maxime Raymond Bock
Le cheval d’août, 370 pages

Si on aime Montréal, ses résidents, sa vie de quartier, sa mémoire oubliée, alors il faut plonger dans ce recueil de nouvelles. En traversant la ville, on croise espoirs, cocasseries, nostalgie, désillusions – et des lieux si précisément décrits qu’on voit, sent, entend tout. (JB)


Le peintre d’aquarelles

Michel Tremblay</br>
Éditions Leméac|Actes Sud, 160 pages
Photo courtoisie
Michel Tremblay
Éditions Leméac|Actes Sud, 160 pages

Michel Tremblay a abordé le thème de la vieillesse avec Marcel, un personnage atteint de schizophrénie, dans ce roman remarquable, qui se lit d’une traite. (MFB)


La bête creuse

Christophe Bernard</br>
Le Quartanier, 718 pages
Photo courtoisie
Christophe Bernard
Le Quartanier, 718 pages

Sept cents pages à brasser la langue et à faire cheminer en parallèle des personnages d’il y a cent ans et d’aujourd’hui, tout ça pour une histoire de vengeance en plein cœur de la Gaspésie ! C’est impitoyable, cruel, drôle, débordant. Tout un premier roman ! (JB)


Manikanetish

Naomi Fontaine</br>
Mémoire d’encrier, 137 pages
Photo courtoisie
Naomi Fontaine
Mémoire d’encrier, 137 pages

La réalité ici a à peine été romancée, et c’est pourquoi l’histoire des jeunes Innus à qui Yammie, la narratrice, enseigne sur la réserve de Uashat nous atteint en plein cœur. Que de leçons à tirer de ces élèves éprouvés, sous-estimés, mais qui restent solidaires ! (JB)


Palawan

Caroline Vu</br>
Pleine lune, 356 pages
Photo courtoisie
Caroline Vu
Pleine lune, 356 pages

Pour comprendre l’exil, Caroline Vu – Montréalaise d’origine vietnamienne – s’impose. Dans un texte plein d’esprit, remarquablement traduit, on suit la jeune Kim, qui a fui le Vietnam et finira à Montréal non sans bien des aventures et quelques mensonges. Aussi lucide que touchant. (JB)


Routes secondaires

Andrée A. Michaud</br>
ÉditionsQuébec Amérique, 242 pages
Photo courtoisie
Andrée A. Michaud
ÉditionsQuébec Amérique, 242 pages

Qu’est-ce qu’un écrivain a en tête quand il crée ? Mais non, c’est pas dans sa tête, c’est pour vrai que ses personnages s’agitent autour de lui ! Ce roman où Andrée A. Michaud se met en scène le démontre avec éloquence, sous notre regard fasciné. (JB)