/auto/finance
Navigation

Tout quitter pour vivre des aventures

Retraire de rêve
Photo courtoisie Pascal Jetté, Zachary et Isabelle

Coup d'oeil sur cet article

Pascal Jetté, 34 ans, et sa femme Isabelle, 32 ans, avaient tout pour être heureux : une grande maison, deux voitures, un bon niveau de vie et, bien sûr, leur adorable petit garçon Zachary. Pourtant, ils ont tout laissé derrière eux pour partir à l’aventure.

Avec plus de 10 ans d’expérience dans le marketing de contenu et sur les réseaux sociaux, le succès professionnel de Pascal Jetté lui avait permis de bâtir sa propre petite entreprise, avec quatre employés à temps plein. Sa femme avait aussi un emploi stable, et ils ne manquaient de rien.

Depuis la naissance de leur fils, il y a six ans, Pascal avait décidé de reprendre sa santé en main, en subissant une chirurgie visant à réduire la taille de son estomac. Alors qu’il souffrait d’obésité morbide et pesait 226 kg, il a perdu depuis 130 kg. Tout semblait leur sourire, mais ils ont tout de même décidé d’effectuer un changement radical dans leur vie.

Retraire de rêve
Photo courtoisie

Nomades et libres

Pascal et Isabelle ont vendu leur résidence, leurs autos, leurs meubles et tous leurs biens. À la place, ils ont acheté un camion suffisamment puissant pour tirer leur caravane à sellette (fifth wheel) de 36 pieds de long, qui est devenue leur nouvelle maison. « Nous avons pris conscience que ce ne sont pas les biens matériels qui rendent heureux. C’est bien beau d’avoir une grosse maison et tout le reste, mais si on n’a même pas le temps d’en profiter parce qu’on travaille sans arrêt, c’est inutile », souligne Pascal Jetté. En avril 2015, ils ont pris une grande décision : commencer à jouir de la vie tout de suite plutôt que d’attendre la retraite.

« Nous sommes partis pour de bon le 1er juillet 2017. Notre but est de nous promener à travers le Canada, les États-Unis et le Mexique. Nous nous sommes fixé un délai de trois ans. Cela dit, on pourrait rentrer plus tôt, ou au contraire continuer notre aventure plus longtemps, on ne s’est pas vraiment fixé de balises », explique Pascal Jetté.

Retraire de rêve
Photo courtoisie

Pour conserver le maximum de liberté et respecter leur nouvelle philosophie – être « nomades et libres » –, ils n’ont pas planifié leur parcours. Jusqu’à présent, ils ont visité plusieurs régions du Québec, sont allés au Nouveau-Brunswick, aux îles de la Madeleine, puis ont commencé à sillonner les États-Unis. Au moment de l’entrevue, début décembre, ils profitaient de la douce température de la Floride, à Daytona Beach.

Posséder moins et vivre mieux

Pour financer en partie leur aventure, Pascal vend ses services de consultation et de coaching en webmarketing, en photo et vidéo, notamment dans le secteur du tourisme. Par exemple, il a obtenu des mandats de plusieurs offices du tourisme et terrains de camping. Sur ces derniers, il installe sa caravane gratuitement et, en échange, il raconte son expérience sur son blogue. « Mais attention : nous demeurons toujours objectifs. Si nous n’avons pas aimé ça, nous le mentionnons dans nos commentaires », explique Pascal.

Prônant la simplicité volontaire, ils ont aussi appris à réduire leurs besoins. « C’est incroyable tout ce qu’on peut accumuler. Récemment, nous avons encore fait du ménage dans nos affaires et nous avons pu nous débarrasser de plein de choses. On est plus heureux quand on possède moins, parce qu’on est libre. Il faut apprendre à revenir à l’essentiel », assure Pascal.

Et leur fils Zachary dans tout ça ? Il profite à plein de sa nouvelle vie. Récemment, il a aussi commencé l’école à la maison, c’est sa maman qui lui fait la classe.

Comment ont-ils payé leur retraite ?

  • En vendant tous leurs biens, Pascal et Isabelle ont pu se constituer un petit coussin qui les aide à financer leur aventure.
  • Pascal a conservé quelques-uns de ses anciens clients et continue à réaliser des contrats, puisqu’il peut travailler à distance. Cela lui permet de toucher un revenu qui, même s’il est moindre qu’auparavant, suffit à répondre à leurs besoins. « Avant, je travaillais environ 80 heures par semaine. Aujourd’hui, c’est plutôt 25 à 30 heures. Cela me laisse du temps avec ma famille, ce qui est le plus important », dit-il.

Vous souhaitez partager votre retraite de rêve ? Écrivez-nous à l’adresse suivante :  retraitedereve@quebecormedia.com