/sports/football/alouettes
Navigation

Une année désastreuse pour les Alouettes

Le directeur général des Alouettes de Montréal, Kavis Reed
Photo d'archives Agence QMI, Dominic Chan Le directeur général des Alouettes de Montréal, Kavis Reed

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | L’année 2017 a été cauchemardesque pour les Alouettes de Montréal. Dans la NFL, elle l’a été beaucoup moins pour les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, qui ont réussi la plus grande remontée de l’histoire du Super Bowl. Et ils font encore partie des favoris cette saison.

Pendant le bilan des Alouettes en novembre, le président, Patrick Boivin, et le directeur général, Kavis Reed, ont reconnu avoir raté leur coup. L’idée d’embaucher quelques vétérans, comme le quart-arrière Darian Durant et le receveur Ernest Jackson, dans l’espoir d’atteindre les éliminatoires pour la première fois depuis 2014, n’était visiblement pas la bonne.

Les Oiseaux ont terminé «confortablement» au dernier rang de la Ligue canadienne de football (LCF) avec une fiche de 3-15, après avoir échappé leurs 11 dernières parties de la saison.

Ces déboires ont coûté le boulot de l’entraîneur-chef, Jacques Chapdelaine, et du coordonnateur défensif, Noel Thorpe. Reed, qui a pris la place de Chapdelaine sur les lignes de côté, n’a pas fait mieux que son prédécesseur (0-7).

Les Argonauts de Toronto, dirigés par les anciens des Alouettes Marc Trestman et Jim Popp, ont soulevé la coupe Grey grâce à un gain de 27-24 contre les Stampeders de Calgary.

La remontée du siècle

Tirant de l’arrière 28-3 au troisième quart, les Patriots ont inscrit 31 points sans réplique pour vaincre les Falcons d’Atlanta 34-28 en prolongation dans le cadre du Super Bowl LI, en février.

Tom Brady, nommé joueur par excellence du match, est ainsi devenu le seul quart de l’histoire de la NFL à remporter cinq championnats.

La saison en cours a été marquée par un nombre effarant de blessures à des joueurs vedettes. Les quarts Aaron Rodgers, Deshaun Watson, Carson Wentz et Andrew Luck ont été touchés sérieusement. D’autres joueurs importants, comme le receveur Odell Beckham fils, le porteur de ballon David Johnson et l’ailier défensif J.J. Watt, sont aussi sur la touche.

Le mouvement de protestation contre les inégalités raciales et la brutalité policière lancé par Colin Kaepernick en 2016 a atteint son paroxysme cette année lorsque le président américain Donald Trump a attaqué les joueurs qui s’agenouillaient pendant l’interprétation de l’hymne national. Kaepernick n’a toujours pas été embauché par une équipe. Il poursuit la ligue pour collusion.

Un autre Québécois a suivi les traces de Laurent Duvernay-Tardif dans la NFL, Antony Auclair. L’ancien ailier rapproché du Rouge et Or de l’Université Laval s’est taillé une place avec les Buccaneers de Tampa Bay. Un bel exploit.

Parlant du Rouge et Or, celui-ci s’est incliné 39-17 devant les Mustangs de Western à la Coupe Vanier, le championnat universitaire de football au Canada. L’équipe de Québec avait été sacrée championne provinciale en défaisant les Carabins de l’Université de Montréal à la Coupe Dunsmore.