/news/society
Navigation

Automne généreux pour les chasseurs du Québec

Les récoltes de cerfs de Virginie et d’orignaux ont été abondantes en 2017

chasse-cerf
Photo courtoisie Gilles Bellemare, chasseur depuis plus de 40 ans, a abattu ce cerf mâle de 235 livres au panache atypique.

Coup d'oeil sur cet article

L’automne a été faste pour les chasseurs québécois, qui ont ramené à la maison l’une des meilleures récoltes de cerfs en trois ans et près de 6000 orignaux de plus que l’an passé.

Un peu plus de 53 000 cerfs de Virginie ont été attrapés par plus de 141 500 chasseurs en 2017. Un chasseur sur trois a récolté une bête, selon les données publiées la semaine dernière par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP).

Il s’agit de la meilleure récolte des chasseurs depuis la saison 2013-2014. Et ces chiffres ne tiennent même pas compte des animaux chassés sur l’île d’Anticosti, où l’activité était permise jusqu’à la veille de Noël.

Hiver clément

« L’hiver 2017 a été clément dans la majorité des zones de chasse, ce qui s’est traduit par une stabilité ou une augmentation de la récolte totale dans la plupart d’entre elles », écrit le MFFP dans son bilan préliminaire, expliquant que les conditions étaient favorables à la reproduction de l’espèce.

Cette abondance de chevreuils, le chasseur Simon Pellerin l’a vite remarquée en Montérégie. Il a abattu un cerf mâle dès la première fin de semaine de chasse en novembre, à sa deuxième journée en forêt seulement.

« Ma chasse s’est terminée le dimanche [5 novembre] à 15 h », dit l’homme de 29 ans, qui avait passé le mois d’octobre à installer des appâts et des caméras sur sa terre. Il avait aussi vu plusieurs femelles lors de sa première journée en forêt.

Boucher occupé

Le boucher chez qui il est allé porter son butin était quant à lui débordé plus tôt que les années précédentes, ajoute-t-il.

Dans le Centre-du-Québec, Gilles Bellemare est particulièrement fier d’avoir récolté un cerf mâle au panache atypique, seulement le deuxième de ce type qu’il a vu en plus de 40 ans de chasse.

Le propriétaire de deux magasins de chasse et pêche à Plessisville et Victoriaville a fait preuve de patience pour tirer avec une arme à poudre noire un massif animal de 235 livres.

« Si j’avais tiré sur tout ce que j’ai vu, la chasse n’aurait pas été longue », dit l’homme de 56 ans. Il a aussi remarqué que les populations sont abondantes.

Son groupe de chasse a aussi réussi à attraper un orignal en septembre.

Orignaux

Il n’est pas le seul, puisqu’avec une récolte de plus de 27 600 orignaux, les 177 000 détenteurs de permis de chasse ont eu beaucoup plus de chance que l’an passé et presque autant qu’en 2015.

La récolte n’a toutefois pas été la même partout. Le MFFP dénote une diminution en Abitibi-Témiscamingue, la Côte-Nord, l’Outaouais et les Laurentides, alors que les orignaux ont été chassés en plus grand nombre en Gaspésie, en Mauricie et au Saguenay­­–Lac-Saint-Jean.

Luc Tremblay, un chasseur de La Sarre, en Abitibi, est justement rentré bredouille cet automne. Les caméras qu’il installe en forêt ont pris quatre fois moins de photos de gibier.

Selon lui, les orignaux se sont faits discrets à cause de la chaleur de septembre et des prédateurs plus nombreux.

Cerfs de Virginie

  • 53 010 tués en 2017
  • 52 842 en 2016 et 47 620 en 2015
  • 141 500 détenteurs de permis

Orignaux

  • 27 631 tués en 2017
  • 21 879 en 2016 et 28 318 en 2015
  • 177 000 détenteurs de permis

Ours Noirs

  • 5236 tués en 2017
  • 5630 en 2016 et 5423 en 2015
  • 17 000 détenteurs de permis

Dindons sauvages

  • 7796 tués en 2017
  • 5902 en 2016 et 4342 en 2015
  • 16 564 détenteurs de permis

►Le Québec compte 285 000 adeptes de chasse.

►Les retombées de la chasse sont attribuables principalement à l’orignal, au petit gibier et au cerf de Virginie. Elles se chiffrent à 360 M$.

Source : Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs