/24m
Navigation

La clientèle s'adapte bien à la fin des sacs en plastique

Gulizar Yucelis, chef caissière au Jean Coutu situé au coin de Côte-des-Neiges et Édouard-Montpetit, montre un sac de papier offert dans la pharmacie depuis le 1er janvier.
Photo Agence QMI, NADIA LEMIEUX Gulizar Yucelis, chef caissière au Jean Coutu situé au coin de Côte-des-Neiges et Édouard-Montpetit, montre un sac de papier offert dans la pharmacie depuis le 1er janvier.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | La fin du sac de plastique à Montréal est bien accueillie par la clientèle des commerces qui ont choisi de ne pas se prémunir du sursis de six mois offerts par la Ville pour se conformer au nouveau règlement entré en vigueur lundi.

À l’Intermarché Boyer situé sur le Plateau Mont-Royal, le sac en plastique d’une épaisseur de 50 microns et moins a complètement disparu depuis lundi, se réjouit son propriétaire Frank Henot.

«On a des valeurs comme entreprise, et moi comme citoyen, a-t-il lancé. C’est un ensemble de petites décisions comme ça qui va faire une différence. Il y a des mers de sacs plastiques, donc ça prenait des mesures drastiques.»

Ce sont 250 000 sacs jetables qui ont été distribués en 2017 dans son épicerie, s'est désolé M. Henot. Malgré cela, personne n’a critiqué l’abandon de ces sacs jusqu’à maintenant. Au contraire, sa clientèle est encline à changer ses habitudes; le 2 janvier, il a vendu 561 sacs réutilisables.

Montréal a adopté en août 2016 un règlement interdisant la distribution par les commerces de sacs de plastique léger dès le 1er janvier 2018. Il s'agit d'une première pour une ville canadienne. D'ici au 5 juin, les magasins peuvent continuer d'offrir des sacs sans risquer de recevoir une amende de 2000 $ à 4000 $.

S’ajuster

À la pharmacie Jean Coutu située à l'angle du chemin de la Côte-des-Neiges et du boulevard Édouard-Montpetit, on donne depuis lundi des sacs en papier aux clients. L’assistant-gérant Hassan El Akhras explique que ces sacs sont moins dispendieux que les anciens sacs en plastique.

Bien que le Groupe Jean Coutu n’ait pas obligé ses succursales à arrêter d’offrir des sacs en plastique mince dès le début janvier, cette pharmacie a choisi d’enclencher la transition rapidement.

«On voulait prendre ça d’avance pour habituer les clients, a-t-il mentionné. On ne voulait pas arriver au dernier moment et se ramasser avec des problèmes quelconques.» Il remarque que les clients réagissent bien jusqu’à maintenant et apportent de plus en plus leurs propres sacs.

Malgré tout, certains clients ont critiqué le fait que les sacs en papier n’ont pas de poignées. Pour M. Akhras, il s’agit justement d’un aspect qui pourra être amélioré avec le temps.

D’autres emboitent le pas

Certaines chaines ont obligé leurs succursales montréalaises à adopter les nouveaux sacs immédiatement. Chez Home Dépôt, des sacs en papier faits de 60 % de matières recyclées sont maintenant offerts et l’entreprise Pharmaprix offre désormais des sacs de plastique épais.