/news/society
Navigation

Salaire minimum en Ontario: un Tim Hortons coupe dans les avantages aux employés

Salaire minimum en Ontario: un Tim Hortons coupe dans les avantages aux employés
Photo Tim Horton's

Coup d'oeil sur cet article

COBOURG, Ontario | Un restaurant Tim Hortons en Ontario a demandé à ses employés de renoncer à ses pauses payées, en plus de dire adieu à certains bénéfices dans la foulée de la hausse du salaire minimum dans la province, selon la CBC.

La franchise située dans la ville de Cobourg, une centaine de kilomètres à l’est de Toronto, appartient à Joyce Jr. et Jeri-Lynn Horton-Joyce, les enfants des cofondateurs de la chaîne de restaurants.

Dans une lettre obtenue par la CBC, les héritiers de Tim Hortons détaillent les changements mis en place le 1er janvier.

«Les pauses ne seront plus payées», peut-on lire dans le document. Des avantages accordés aux travailleurs le jour de leur anniversaire ainsi qu’un congé offert aux employés n’ayant pas utilisé de journée de maladie durant six mois sont également annulés.

Les employés du restaurant devront aussi assumer de 50 à 75 % du coût de leur régime d’assurance, autrefois couvert à 100 %, rapporte la CBC.

«Ces changements sont attribuables à la hausse du salaire minimum à 14 $ le 1er janvier 2018, et à 15 $ le 1er janvier 2019, en plus du manque d’aide financière de notre bureau chef et du gouvernement», se justifient les propriétaires dans la lettre.

Ils expliquent toutefois que certains des avantages retirés aux employés pourraient éventuellement être remis en place quand l’impact financier de la hausse du salaire minimum sera mieux connu.

«Je ne comprends pas comment ils peuvent nous enlever ça. On dirait qu’ils cherchent à nous pénaliser juste parce que le gouvernement essaie de nous aider», a affirmé un employé à la CBC sous le couvert de l’anonymat.

Au Québec, des employés du Tim Hortons à Cowansville ont vécu une situation similaire en mai dernier quand le salaire minimum a grimpé de 50 cents pour atteindre 11,25 $. Leurs gestionnaires ont décidé d’abolir les pauses de 15 minutes pour plutôt donner une période de 30 minutes pour manger, mais non payée.