/en5minutes
Navigation

L’allergie à l’exercice existe (et c’est très bizarre)

Un coureur qui n'est pas en choc anaphylactique. C'est bien.
vladsogodel - stock.adobe.com Un coureur qui n'est pas en choc anaphylactique. C'est bien.

Coup d'oeil sur cet article

Si certains se trouvent mille excuses bidons pour ne pas faire d’exercice, «je fais un choc anaphylactique si je m’entraîne» est pas mal dans le top des raisons tout à fait valides pour rester sur le divan.

Qu’on en ait vécu une ou pas, une réaction anaphylactique est quelque chose de marquant. Il s’agit d’une réaction allergique grave: les doigts picottent, la nausée s’installe, la respiration devient difficile, la peau enfle, les battements cardiaques augmentent (et bien d’autres symptômes). Bref, on ne le souhaite à personne.

Donc imaginez ce que cette réaction survient alors que vous faites votre jogging matinal.

Paniquant, dites-vous?

Selon Popular Science, l’anaphylaxie induite par l’exercice (AIE) affecterait 50 personnes sur 100 000. Entre 5% et 15% des réactions anaphylactiques rapportées seraient des épisodes d’AIE.

Pour certaines personnes, c’est l’exercice combiné à un autre facteur (des médicaments, un aliment en particulier, le cycle menstruel) qui provoque l’anaphylaxie, et chez d’autres, c’est seulement l’exercice même qui est en cause. Il peut arriver n’importe quand, à n’importe qui.

Sincèrement, je commence à capoter.

Le pire, c’est que les experts ne savent pas trop pourquoi et comment des épisodes d’AIE surviennent. Il y a bien quelques hypothèses qui circulent. Les changements physiologiques qui ont lieu durant un effort physique sont à l'origine de ces hypothèses. Une augmentation de la circulation sanguine pourrait faire voyager les cellules immunitaires plus loin partout dans le corps. Il y a aussi la possibilité que des réactions entre des protéines intestinales et des aliments soient modifiées durant l'exercice, causant une allergie. Ou peut-être y a-t-il davantage d'allergènes qui se promènent dans le corps, puisque l'absorption des aliments dans les intestins est augmentée lors de l'exercice physique.

Mais il est difficile de recréer ces conditions en laboratoire avec des souris - ou même avec des humains. Donc la recherche n'avance pas vite. Je ne prendrai pas de chance.

Me voici pour le restant de l’année.

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter cet article d’Allergies Québec


 

En 5 minutes, c'est l’actualité scientifique expliquée autrement: vidéos, infographies, reportages, quiz, réalité virtuelle. Suivez-nous sur Facebook et Instagram.