/news/society
Navigation

Des organisations musulmanes demandent une journée nationale contre l’islamophobie

L’attaque perpétrée au Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) le 29 janvier 2017 a fait six morts et 19 blessés.
Photo d’archives L’attaque perpétrée au Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) le 29 janvier 2017 a fait six morts et 19 blessés.

Coup d'oeil sur cet article

À l’aube de l’anniversaire de la fusillade à la Grande Mosquée de Québec, les communautés musulmanes du pays demandent au premier ministre Justin Trudeau de désigner le 29 janvier comme Journée nationale du souvenir et d’action contre l’islamophobie.

Une lettre signée par le directeur général du Conseil national des musulmans canadiens (CNMC), Ihsaan Gardee, a été envoyée directement au bureau de Justin Trudeau dans le cadre du premier anniversaire de la tuerie à la mosquée de Québec, qui a eu lieu le 29 janvier 2017 et qui a fait six morts. Le 10 décembre est actuellement la journée internationale contre l’islamophobie.

« Un an après ces tristes événements, les communautés musulmanes canadiennes sont toujours bouleversées de ces horribles attentats qui ont coûté la vie à six hommes musulmans qui étaient en train de prier dans leur mosquée – des pères, des maris et des fils – et qui ont fait de nombreux autres blessés graves », mentionne M. Ihsaan, qui souhaite un décret rapide, et ce, avant le triste anniversaire de ce massacre qui aura lieu dans trois semaines. « Un tel geste de la part de votre gouvernement permettrait aux Canadiens de ne pas oublier les victimes des attaques et au public de mieux comprendre les risques associés à la haine. »

Nombreux appuis

Des dizaines d’organisations musulmanes canadiennes et plusieurs partenaires communautaires ont cosigné cette demande officielle au bureau du premier ministre afin qu’il décrète une journée de commémoration annuelle à la date d’anniversaire de la tuerie de la Grande Mosquée de Québec.

Le Centre Culturel Islamique de Québec (CCIQ) fait partie des signataires.

L’organisation est au cœur des préparatifs pour les commémorations de la tragédie.

Extrémisme

La communauté musulmane craint également la « montée des groupes extrémistes qui continue de poser une menace à la sécurité » des institutions et des congrégations musulmanes canadiennes.

« Il est crucial que nos dirigeants s’opposent fermement contre l’islamophobie et les agents de sectarisme qui cherchent à provoquer la division haineuse entre les Canadiens et les citoyens musulmans », relate la lettre.

Le procès d’Alexandre Bissonnette, l’auteur allégué de la tuerie, devrait débuter au mois de mars prochain. Il est accusé du meurtre prémédité de six hommes.