/news/consumer
Navigation

Infestation de blattes

Le restaurant a écopé de 1800 $ d’amende pour insalubrité

Coup d'oeil sur cet article

Le restaurant Chez Bong à Montréal était tellement sale et infesté de vermine l’an dernier que les inspec­trices ont ordonné sa fermeture pendant cinq jours.

Les tablettes, les assiettes, la cuisinière au gaz, les poêles, les murs, les planchers, les ustensiles, le micro-ondes et même l’extincteur de feu étaient soit encroûtés, graisseux, soit parsemés d’excréments de rongeurs et d’insectes.

« Dû à l’infestation de blattes et à la malpropreté généralisée [...] dans la cuisine, j’ai eu des motifs raisonnables de croire qu’il en résultait un danger imminent pour la santé des consommateurs », a indiqué l’agente de l’inspection des aliments dans son rapport, après une visite en 2016.

Le restaurant de cuisine coréenne situé au 1021, boulevard Saint-Laurent, à Montréal, a écopé d’une amende de 1800 $ pour insalubrité le 1er septembre.

Infestation

Des blattes vivantes de différentes tailles « couraient sur les tablettes destinées à entreposer des assiettes pour le service aux tables » et « dans un contenant d’ustensiles de travail », indique-t-on dans le rapport.

Des excréments de rongeurs et d’insectes ont été observés dans la cuisine et la salle d’entreposage et des sacs d’aliments étaient placés sur le plancher dans un corridor.

La propriétaire, Bong Nim Lee, a aussi dû effectuer un grand ménage des lieux après le passage des inspecteurs, qui ont noté de graves problèmes d’hygiène.

Dans le réfrigérateur, du jus de viande crue coulait sur des légumes, des épices et divers contenants d’aliments entreposés sur la tablette du dessous.

« Les tuyaux de gaz étaient recouverts de graisse brunâtre et il y avait des gouttelettes de graisse en suspension qui risquaient de tomber sur le wok », a-t-on aussi indiqué.

Première amende en 14 ans

Le fils de la propriétaire, Tony Lee, assure que les mesures nécessaires ont été prises pour corriger la situation au cours de l’année dernière. Il ajoute aussi que le restaurant familial n’a reçu qu’une seule amende en 14 ans d’activité.

« On fait vraiment attention. Les exterminateurs viennent chaque mois, mais on est dans un édifice où il y a 6 commerces et nos voisins ne sont pas aussi propres que nous », dit-il, pour justifier la présence sporadique de souris.

Pour ce qui est des coquerelles, le restaurateur assure que le problème est réglé pour de bon, même chose pour la propreté de l’équipement.

Extraits du rapport

« Il y avait des paniers en bambou souillés de saleté collante et prêts pour le service aux tables. »

– Les inspectrices

  • Souris mortes dans une trappe collante
  • Blattes vivantes dans un contenant d’ustensiles

► Il faut attendre plusieurs mois après une infraction pour qu’un juge entende la cause et rende sa sentence. Les détails de ces jugements ont été obtenus à la suite d’une demande d’accès à l’information.

 

Carte interactive