/finance/opinion/columnists
Navigation

Boom de l’emploi dans le secteur public

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le dépôt du budget 2017-2018 du gouvernement Couillard, en mars dernier, quelque 55 % de tous les emplois créés au Québec relèvent du secteur public. Le secteur privé, lui, fait piètre figure, avec seulement 16,9 % des emplois créés.

Selon Statistique Canada, sur les 92 000 emplois créés au Québec au cours des neuf mois de la période allant du 1er avril au 31 décembre dernier, il y en a eu 50 500 dans le secteur public, soit 5,6 % de plus. Le secteur public québécois comprend les employés des administrations publiques provinciale, municipale et fédérale (au Québec), les employés des sociétés d’État, ainsi que ceux des secteurs de la santé et de l’éducation.

Le nombre d’employés a notamment grimpé dans les secteurs de l’éducation et des services de la santé. Cela amoindrit l’impact négatif des compressions budgétaires mises en place lors des trois premiers budgets du ministre Carlos Leitao.

Le privé

Pour sa part, le secteur privé n’a ajouté dans le marché du travail que 16 900 emplois. Cela représente en neuf mois une anémique augmentation de travailleurs d’à peine 0,6 % dans le secteur privé. Ce qui est en soi fort décevant, surtout en cette période de croissance économique relativement solide au Québec.

Le reste des emplois créés au cours des neuf derniers mois, soit 24 700, provient de la catégorie des travailleurs autonomes. Il y a donc actuellement 4,5 % de travailleurs autonomes de plus qu’en mars dernier sur le marché du travail au Québec. C’est bien, mais on conviendra que gagner sa vie comme travailleur autonome reste néanmoins plus précaire que de se décrocher un job à temps plein.

Sur 12 mois

Sur la période des 12 derniers mois, le Québec, par rapport à la moyenne nationale, traîne légèrement de la patte dans la création d’emplois.

L’emploi au Québec a progressé de 2,06 %, alors que la croissance moyenne au pays atteint les 2,3 %.

La province championne ? La Colombie-Britannique, avec un taux d’augmentation de 3,4 %. L’Ontario a également bien fait avec une hausse de 2,6 %. Et du côté de l’Alberta, l’emploi a progressé de 2,4 % en 2017. C’est son meilleur résultat depuis 2014.

Chômage en chute

Au chapitre du taux de chômage, le Québec a fait un pas de géant au cours des dernières années.

Lorsque Philippe Couillard a pris le pouvoir en avril 2014, le taux de chômage au Québec s’élevait à 7,8 %.

Aujourd’hui, le Québec affiche un taux de chômage de 4,9 %, soit une baisse de presque 2,8 points de pourcentage.

Seule la Colombie-Britannique nous devance avec un taux de chômage d’à peine 4,6 %.

L’Ontario arrive au 3e rang avec un taux de chômage de 5,5 %.