/sports/opinion/columnists
Navigation

Quel bilan Bergevin fera-t-il?

On peut se demander si Jonathan Drouin est en mesure de jouer au centre.
Photo d’archives, Martin Chevalier On peut se demander si Jonathan Drouin est en mesure de jouer au centre.

Coup d'oeil sur cet article

Le Canadien ne se retrouverait pas aussi loin au classement s’il avait offert plus de performances inspirées comme celle qui lui a permis de triompher du Lightning de Tampa Bay, jeudi soir. Carey Price a eu certes un gros mot à dire dans cette victoire obtenue en tirs de barrage, mais quand même. Pour une très rare fois cette saison, ses coéquipiers ont joué avec émotion du début à la fin. C’était agréable à regarder. Les amateurs sont sortis du Centre Bell comblés.

Cette belle victoire aux dépens des détenteurs du premier rang du classement général de la Ligue nationale n’efface pas, cependant, le mauvais rendement du Tricolore en première moitié de saison.

Le troisième rang de la division Atlantique est hors de portée. Un écart d’une douzaine de points sépare le Canadien des Bruins, qu’il avait réussi à devancer il y a un mois, ainsi que des Leafs, qui ont disputé quatre matchs de plus que la formation bostonienne.

En ce qui a trait à la course pour les deux dernières places menant aux séries dans l’Association de l’Est, il accuse un retard de huit points sur le huitième rang. Six équipes le devancent, dont les Penguins de Pittsburgh, vainqueurs de la coupe Stanley au cours des deux dernières années.

Dans l’eau chaude

Il sera intéressant d’entendre le bilan que Marc Bergevin dressera de la première moitié de saison.

La situation est différente par rapport à celle qui prévalait alors que le Canadien se destinait vers une première exclusion des séries sous son règne il y a deux ans.

L’équipe avait connu une chute vertigineuse au classement lorsque Price s’était retrouvé sur la touche en raison d’une blessure au genou droit.

Bergevin avait réitéré sa confiance en Michel Therrien et pris le blâme pour la dégringolade de ses troupiers. Mais il avait ajouté, paradoxalement, qu’il n’avait pas surévalué son équipe.

La pression est sur ses épaules cette fois-ci. Il lui sera difficile de faire avaler aux amateurs qu’il n’a pas surestimé son équipe.

Sa déclaration de septembre dernier selon laquelle sa brigade défensive est supérieure à celle de l’an dernier lui colle à la peau telle une sangsue.

Gros trous

Bergevin n’a pas réussi à remplacer Andreï Markov. Les partisans ne lui pardonnent pas non plus d’avoir perdu les services d’Alexander Radulov, qui leur faisait vivre des émotions semblables à celles que leur procurait P.K. Subban.

On pourrait ajouter le nom d’Alexeï Emelin, qui évolue aux côtés de Subban au sein du deuxième duo de défenseurs des Predators de Nashville. Il est loin d’être parfait, mais les joueurs adverses ont intérêt à patiner la tête haute avec lui. Aucun des défenseurs actuels du Canadien n’inspire cette crainte.

L’absence de Shea Weber n’aide pas, mais les choses n’allaient guère mieux quand il était en mesure de jouer. Claude Julien n’a personne pour jouer à ses côtés.

Le mauvais début de saison de Price et sa blessure n’ont fait qu’empirer les choses. Charlie Lindgren a bien gardé le fort lors de ses premières sorties en l’absence de Price, mais la réalité l’a rattrapé.

S’il a fait la démonstration qu’il peut jouer dans la Ligue nationale, il lui reste à montrer qu’il peut faire le travail avec constance.

Drouin à la bonne position ?

Du côté de l’attaque, Max Pacioretty et Jonathan Drouin constituent évidemment des déceptions. Mais dans le cas de Drouin, on peut se demander s’il peut jouer au centre.

Déjà qu’il n’est pas facile pour un joueur francophone de faire carrière dans l’exigeant marché montréalais, le Canadien lui complique la tâche en l’utilisant dans une position qui ne lui est pas naturelle.

Le laisse-t-on là parce qu’on ne tient plus à revoir Alex Galchenyuk au centre ?

Voilà un autre joueur au cas très complexe.

Pacioretty va partir

De son côté, Pacioretty a toujours fonctionné par séquences, mais il aura connu un passage à vide dévastateur. C’est dur de prédire si son but dans la victoire contre le Lightning va le relancer.

Si c’est que tout le monde espère, Bergevin pourrait être animé du même espoir pour des raisons différentes.

Le nom de Pacioretty a commencé à alimenter les rumeurs d’échange. À l’approche de la trentaine et avec un an à faire à son contrat, il est logique de penser qu’il pourrait être appelé à poursuivre sa carrière sous d’autres cieux avant longtemps.

Bergevin pourrait obtenir d’une équipe aspirant à la coupe Stanley un jeune attaquant d’avenir en retour de son capitaine.

Quel plan ?

Voilà où en est le Canadien en ce début de nouvelle année.

Après avoir montré des signes prometteurs lors des trois premières années du régime Bergevin, cette organisation est retournée où elle en était à la fin du règne de Pierre Gauthier.

Or, lors d’une entrevue avec Ron Fournier au 98,5 FM, avant les Fêtes, Geoff Molson a déclaré que Bergevin a un plan.

Il faudra demander à son directeur général de quoi il s’agit quand celui-ci fera son analyse de la première moitié de saison.