/24m/transports
Navigation

« No Pants Subway Ride » : une trentaine de personnes sans pantalon dans le métro de Montréal

« No Pants Subway Ride » : une trentaine de personnes sans pantalon dans le métro de Montréal
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Une trentaine de personnes ont enlevé leurs pantalons dans le métro de Montréal dimanche après-midi, prenant ainsi part à un événement festif auquel participent des milliers de personnes chaque année à travers le monde dans le seul but d’avoir du plaisir.

« C’est amusant. C’est une bonne façon de se faire des amis, de briser la glace », a lancé Chuk Odenigbo, rencontré à la station de métro Sherbrooke aux côtés des autres participants à la 17e édition de l’événement No Pants Subway Ride, qui se déroulait cette année dans le réseau du métro d’une trentaine de villes, dont Toronto, New York, Jérusalem et Berlin.

« No Pants Subway Ride » : une trentaine de personnes sans pantalon dans le métro de Montréal
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Alors que la température extérieure ressentie dans la métropole était sous la barre des -20 degrés Celsius, la température à l’intérieur des wagons du métro frôlait parfois les 26 degrés Celsius dimanche après-midi. Certains participants à l’événement étaient d’ailleurs heureux d’avoir une bonne raison de ne pas porter leurs pantalons sous cette chaleur.

Arrêt de service

« No Pants Subway Ride » : une trentaine de personnes sans pantalon dans le métro de Montréal
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

 

Après avoir collectivement enlevé leurs pantalons à la station de métro Sherbrooke, les participants ont emprunté le métro sous les flashs des caméras jusqu’à la station Berri-UQAM avant d’emprunter la ligne verte en direction de la station Lionel-Groulx.

« No Pants Subway Ride » : une trentaine de personnes sans pantalon dans le métro de Montréal
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Le déroulement de l’activité a toutefois été perturbé lorsqu’un arrêt de service a paralysé la ligne verte pendant environ 25 minutes, donnant l’occasion aux participants d’apprendre à se connaître et à immortaliser le moment sur leur téléphone intelligent ou dans un cahier à dessin.

« Je compte faire une vingtaine de croquis [de participants] », a indiqué le dessinateur Paul Davidson, lui-même sans pantalon.

Pour certains, cet événement était l’occasion de créer des liens avec d’autres usagers du métro.

« No Pants Subway Ride » : une trentaine de personnes sans pantalon dans le métro de Montréal
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

« C’est un bon moyen de rencontrer des gens et c’est vraiment amusant », s’est réjoui Nikolas Romero, originaire du Venezuela, qui prenait part à cet événement annuel pour la cinquième fois dimanche, accompagné de son amie de cœur.

Quelques usagers du métro ont toutefois mal réagi en apercevant plusieurs personnes sans leurs pantalons. « J’ai croisé plusieurs regards de dégoût, des gens qui roulaient les yeux, mais je m’attendais à ça », a déclaré Claire Grenier, qui étudie à l’Université McGill.

Un long trajet

Isaac Robinson a réalisé un trajet en automobile de plusieurs heures entre la municipalité de l’État du Maine, où il réside, aux États-Unis, et Montréal afin de prendre part à cet événement.

« On est venus pour ça, a-t-il affirmé. On a fait six heures d’auto et ça valait la peine », a lancé l’étudiant universitaire aux côtés de l’amie avec qui il a réalisé ce long trajet.

Ampleur

Initié, en 2002, par sept jeunes hommes dans le réseau du métro de New York, l’événement a depuis pris une ampleur internationale, plus de 60 villes y ayant participé au fil des années.

Celui de Montréal n’est d’ailleurs associé à aucune cause particulière, son seul objectif étant de faire sourire les usagers du métro et de rappeler qu’il ne faut pas avoir peur du ridicule.