/sports/hockey/homepage
Navigation

Dany Dubé et la belle aventure des Jeux de 1994

À quel genre de spectacle aurons-nous droit au tournoi de hockey de Pyeongchang ?

Dany Dubé était entraîneur adjoint avec l’équipe canadienne qui a remporté la médaille d’argent aux JO de Lillehammer, en 1994.
Photo d’archives Dany Dubé était entraîneur adjoint avec l’équipe canadienne qui a remporté la médaille d’argent aux JO de Lillehammer, en 1994.

Coup d'oeil sur cet article

Les Jeux olympiques de Pyeongchang débuteront dans un mois exactement et on se demande bien à quel genre de spectacle nous aurons droit lors du tournoi de hockey, en raison de l’absence des joueurs vedettes de la LNH, une première depuis les Jeux de 1994 à Lillehammer.

Dany Dubé agissait cette année-là à titre d’entraîneur associé de l’équipe canadienne, qui avait causé une belle surprise en décrochant une médaille d’argent.

La formation au chandail unifolié s’était inclinée 3 à 2 en finale contre la puissante équipe de la Suède, dans un match qui s’était terminé en tirs de barrage, soit sur un but spectaculaire de Peter Forsberg marqué contre Corey Hirsch.

« Je garde de très bons souvenirs de ce tournoi olympique, raconte Dubé, le vétéran analyste des matchs du Canadien au 98,5 FM et commentateur à TVA Sports. Il s’en était fallu de très peu pour que le Canada soit sacré champion. On avait réussi à mettre sur pied une véritable équipe, malgré les nombreuses difficultés rencontrées sur le plan du recrutement des joueurs. »

« Heureusement qu’on misait sur un joueur extraordinaire en Paul Kariya, ajoute Dubé. C’était un formidable meneur. Il avait accepté de céder ses droits sur ses cartes de hockey au programme olympique canadien et la présence d’un gros nom comme Kariya nous avait permis d’attirer d’autres bons joueurs, notamment des gars qui évoluaient dans les ligues européennes. »

« C’était vendeur pour le programme national de miser sur un attaquant de la trempe de Kariya, qui avait été sélectionné au quatrième rang lors de la séance de repêchage de 1993, par les Mighty Ducks d’Anaheim. Paul s’était servi de cette belle plateforme que sont les Jeux olympiques pour augmenter sa valeur avant d’amorcer une brillante carrière dans la LNH. »

Le revirement

La composition de l’équipe n’avait été finalisée que deux ou trois mois avant les J.O., rappelle Dubé.

« Il avait été difficile de convaincre les joueurs de la Ligue américaine de hockey de rallier la formation canadienne. On avait disputé une série de matchs contre les Américains, qui avaient une solide équipe, et on les avait tous perdus, jusqu’à ce qu’on parvienne à récolter un verdict nul lors du dernier affrontement. Le vent avait alors tourné pour nous. Ce fut suivi d’un autre match nul contre la puissante formation de la Suède en phase préliminaire du tournoi olympique. »

« Les gars ont commencé à croire en leurs chances d’aller jusqu’au bout dans le tournoi en battant les Tchèques en quart de finale, grâce à un but de Kariya inscrit en prolongation. Puis, on a vaincu les Finlandais 5 à 3 en demi-finale et la magie s’est installée. Les joueurs se sont dit que le rêve de gagner l’or devenait accessible. »

Dany Dubé était entraîneur adjoint avec l’équipe canadienne qui a remporté la médaille d’argent aux JO de Lillehammer, en 1994.
Photo courtoisie Hockey Canada

 

Le fameux but de Forsberg

Ce sont les tirs de barrage qui ont déterminé l’équipe gagnante du tournoi olympique de 1994. Après que Tommy Salo eut réalisé un arrêt du tonnerre aux dépens de Kariya, Forsberg a déjoué Hirsch d’une seule main pour procurer l’or aux Suédois.

Dubé croit que ce but crève-cœur a eu un impact sur la suite de la carrière de Hirsch.

« Corey a connu un tournoi extraordinaire, ayant pris part à tous les matchs. C’était cependant un gardien qui se jetait rarement à genoux pour bloquer les tirs et ça le rendait plus vulnérable dans une situation de fusillade. Forsberg en avait profité pour le déjouer habilement pour procurer le titre de champion olympique à la Suède. »

Dubé a adoré l’expérience de travailler aux côtés de Tom Renney. Il n’a rien oublié du groupe de joueurs qui formaient cette équipe.

Un héros méconnu

En plus de Kariya et de Hirsch, il y avait des gars comme Adrian Aucoin, Petr Nedved, Brian Savage, Chris Kontos, Todd Warriner et le Québécois Jean-Philippe Roy.

« Je n’oublierai jamais l’impact qu’avait eu l’attaquant Todd Hlushko au sein de l’équipe. Il avait eu la douleur de perdre son père peu de temps avant le début des Jeux et il lui avait dédié le tournoi. Cela avait eu un effet rassembleur dans notre groupe. Hlushko avait joué du hockey inspiré, récoltant cinq buts, et il avait été un héros pour nous. »

Hlushko, soit dit en passant, n’a disputé que 79 matchs dans la LNH et il a terminé sa carrière en Europe.

Les entraîneurs d’une équipe n’ayant pas droit à une médaille, Dubé a reçu une bague pour commémorer cette performance de l’équipe canadienne à Lillehammer.

Il vient d’ailleurs de la remettre à son fils Gabriel pour lui rappeler que tout est possible dans la vie, lorsqu’on le veut bien.

Équipe canadienne de hockey aux JO de 1994

Gardiens : Corey Hirsh, Manny Legace et Allain Roy.

Défenseurs : Adrian Aucoin, Chris Therien, Brad Werenka, Brad Schlegel, Derek Mayer, Mark Astley, David Harlock et Ken Lovsin

Attaquants : Paul Kariya, Petr Nedved, Brian Savage, Chris Kontos, Todd Hlushko, Todd Warriner, Dwayne Norris, Jean-Yves Roy, Greg Johnson, Fabian Joseph, Greg Parks et Wally Schreiber.