/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Golden Globes: l’année de la femme?

Coup d'oeil sur cet article

Il y a quelque chose qui me chicote avec les suites du tsunami Weinstein, du mouvement #metoo et de l’initiative Time’s up. C’est comme s’il n’y avait que des femmes qui avaient été victimes d’inconduites sexuelles. Je salue totalement l’idée de s’habiller en noir par solidarité avec les femmes, qui sont particulièrement vulnérables dans ce métier. Mais c’est comme si on oubliait que des hommes aussi sont des présumées victimes.

Hollywood pédophile ?

Tout ce qu’on entendait hier, sur le tapis rouge et au gala, c’était « girl power », « solidarité féminine »,« les femmes qui se tiennent debout ». Mais pourquoi ne pas englober toutes les victimes ? Pourquoi agir comme si des hommes courageux n’avaient pas, eux aussi, dénoncé leurs agresseurs ? Un mouvement de solidarité n’est-il pas censé être « inclusif » ?

Quelqu’un a-t-il oublié que Kevin Spacey est lui aussi un présumé prédateur sexuel dont la carrière a implosé de façon spectaculaire en 2017 et qui n’a fait que des victimes masculines ?

Quelqu’un a oublié que l’ex-enfant-vedette Corey Feldman, qui jouait dans Goonies, affirme qu’il a été agressé alors qu’il n’avait que 14 ans ? Feldman, qui a aujourd’hui 46 ans affirme que la pédophilie est « le secret numéro un » à Hollywood.

Quelqu’un a-t-il oublié que Cade Hudson, qui était agent de Sean Penn et de Britney Spears, a perdu son emploi quand on a appris qu’il aurait envoyé des textos pornos à un jeune acteur et qu’il l’aurait harcelé, lui proposant une pipe en échange d’un accès privilégié aux grands noms de l’industrie ?

Noir, c’est noir

Hier aux Globes, tout le monde avait reçu le mémo de s’habiller en noir.

Mais je ne pouvais pas m’empêcher de me poser la question : combien de ces personnes croyaient vraiment à la cause ? Combien ont été complices, facilitateurs ou témoins indifférents pendant les années où les abus se sont déroulés, en toute impunité, à Hollywood ?

Combien des personnes qui portaient du noir hier soir seront l’objet d’allégations au cours des prochains mois ?

Celui qui a le mieux résumé ce que je pensais des Golden Globes est le commentateur de droite Ben Shapiro qui a tweeté : « Hollywood uni contre les inconduites sexuelles, c’est comme la NFL unie contre les commotions cérébrales. Yeah, right, guys. »

Enfin, en voyant ce milieu consensuel, je ne pouvais m’empêcher de penser à Matt Damon. L’acteur a osé émettre des nuances concernant la gravité des allégations (caresser des fesses, ce n’est pas comme un viol) et il a osé affirmer que tous les hommes travaillant à Hollywood n’étaient pas des monstres. Mais ce milieu donneur de leçons n’accepte pas les moutons noirs. Une pétition signée par 20 000 personnes exige maintenant que le cameo de Matt Damon soit retiré du film Ocean’s 8 qui met en valeur un casting entièrement féminin.

Finalement, Hollywood n’a pas changé tant que ça : tout le monde doit penser pareil... et que les dissidents se taisent.

Huer les morts

J’ai adoré le monologue d’ouverture de Seth Meyers. Mais quand il a dit que Harvey Weinstein serait hué quand on soulignera sa mort dans la section In memoriam des Golden Globes, je me suis demandé : l’animateur aurait-il dit la même chose de Roman Polanski et Woody Allen ?