/entertainment/movies
Navigation

Jean-Marc Vallée retourne au cinéma

Le réalisateur québécois caresse un projet de long métrage pour 2019

Jean-Marc Vallée caresse un projet de film.
Photo AFP Jean-Marc Vallée caresse un projet de film.

Coup d'oeil sur cet article

Après deux séries télé, Jean-Marc Vallée retournera au cinéma. Le réalisateur québécois commencera à préparer un long métrage en janvier 2019.

De retour au Québec après avoir assisté au triomphe de Big Little Lies (Petits secrets, grands mensonges) aux Golden Globes, à Los Angeles, Jean-Marc Vallée révèle qu’un acteur l’a approché pour réaliser l’adaptation d’un roman au grand écran.

« Il n’y a pas encore de scénario. Il faut que je l’écrive moi-même ou que je trouve quelqu’un pour l’écrire », indique le cinéaste qui a porté ce double chapeau pour C.R.A.Z.Y. (2005) et Café de Flore (2011).

Ce n’est pas la première fois qu’une star hollywoodienne confie un projet à Vallée. Reese Witherspoon a fait la même chose pour Wild (2014) et Amy Adams pour Sharp Objects, la nouvelle série de HBO qui doit entrer en ondes en juin.

« Mes choses vont bien, indique le principal intéressé. Je sens énormément de respect. C’est de plus en plus facile de mettre en branle des projets. On m’ouvre des portes. On m’offre des affaires. Avec des moyens. Et surtout, avec des gens talentueux. »

En montage à Montréal

Jean-Marc Vallée ne pourra pas réaliser la deuxième saison de Big Little Lies puisque Sharp Objects accaparera tout son temps en salle de montage, à Montréal, au cours des prochains mois.

« L’horaire des filles (Reese Witherspoon, Nicole Kidman...) faisait qu’elles étaient disponibles en mars. J’étais prêt à reprendre le collier, mais pas au printemps. »

Derrière la caméra, Andrea Arnold (Milk) succédera à Vallée, qui agira à titre de producteur exécutif. « J’ai lu les scénarios, indique le Québécois. Je vais regarder les montages. Je vais donner mes notes. »

Quant à Sharp Objects, qui brosse le portrait d’une journaliste (Amy Adams) qui retourne dans sa ville natale pour couvrir le meurtre de deux fillettes, Vallée qualifie la série de « dark » et d’« un petit peu dangereuse ».

Une pause nécessaire

Après plusieurs années à vitesse grand V, Jean-Marc Vallée s’accordera une pause de juillet à décembre. « C’est une nécessité parce que j’ai des douleurs au dos, explique le bourreau de travail. Je suis fatigué. Je vais donc prendre un congé avant que toute la machine pète. Je viens de faire deux marathons de suite. C’est assez. Je suis peut-être dans le livre des records Guinness avec mes 182 jours de tournage sur 2 séries en 20 mois ! »

« C’était un moment historique », affirme le réalisateur

Jean-Marc Vallée a vécu une soirée « très, très chargée émotivement » aux Golden Globes. Non seulement à cause du triomphe de Big Little Lies, mais à cause du mouvement Time’s Up (« C’est fini »). Promouvant l’égalité homme-femme, cette initiative née en marge des dénonciations de harcèlements et d’agressions sexuelles à Hollywood a teinté plusieurs discours de remerciement dimanche soir.

« Quand Oprah est arrivée et qu’elle a donné son speech, c’était fort et tellement beau, raconte le cinéaste. Ce qu’elle a dit était intelligent. Le ton, le contenu... c’était parfait. Je regardais autour de moi et tout le monde avait les yeux dans l’eau. Toutes les femmes qui ont pris la parole, c’était une voix. C’est un exemple de solidarité rare. N’ayons pas peur des mots, c’était un moment historique. »

« On est sorti du gala rempli d’espoir, poursuit Vallée. Les gens commencent à faire bouger les choses, à parler, à sortir... Ce n’est pas un mouvement passager. C’est quelque chose qui devrait perdurer, selon moi. C’est assez. Il faut que ça change. »