/world/usa
Navigation

Un néonazi condamné à cinq ans de prison pour terrorisme

Un néonazi condamné à cinq ans de prison pour terrorisme
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

WASHINGTON | Un sympathisant néonazi qui a créé une cellule terroriste appelée « Atomwaffen » a été condamné mardi à cinq ans de prison pour possession d’explosif et de matériel pouvant servir à la confection d’engins explosifs.

Brandon Clint Russell, 22 ans, de Tampa, en Floride, avait plaidé coupable de détention illicite d’explosifs le 27 septembre 2017, selon un communiqué du ministère de la Justice.

Les policiers ont découvert dans son appartement une glacière contenant l’explosif HMTD (Hexamethylene Triperoxide Diamine), ainsi que de grandes quantités de nitrate d’ammonium, de nitrométhane, des fusibles et des systèmes de mise à feu.

Dans sa chambre à coucher, les policiers ont également trouvé du matériel de propagande suprémaciste blanche ainsi qu’une photo de Timothy McVeigh, ajoute le communiqué.

Timothy McVeigh a été exécuté en 2001 pour avoir organisé l’attentat à la bombe d’Oklahoma City en 1995, qui a fait 168 morts et 600 blessés. Il est considéré comme un héros par les suprémacistes blancs.

Cette condamnation intervient quelques jours après qu’un tribunal a dévoilé une tentative d’attentat contre un train de la compagnie Amtrak. L’accusé, Taylor Michael Wilson, 26 ans, originaire du Missouri, est un militant suprémaciste blanc qui avait assisté au rassemblement de Charlottesville l’été dernier, au cours duquel où une jeune contre-manifestante avait été tuée.

Cette tentative d’attentat a été déjouée au mois d’octobre. Ce même mois, un autre suspect, blanc, avait laissé un pot rempli d’explosifs dans un aéroport de Caroline du Nord parce qu’il voulait « mener une guerre sur le sol américain », selon les documents judiciaires.

Un récent rapport du Government Accountability Office (GAO) des États-Unis dénombre 85 attaques perpétrées par des extrémistes entre le 12 septembre 2001 et le 31 décembre 2016, qui ont fait 225 morts.

Parmi les victimes, 106 personnes ont été tuées par des extrémistes de droite au cours de 62 attaques, et 119 personnes ont été tuées par des islamistes radicaux au cours de 23 incidents.