/news/health
Navigation

45 mois de prison pour de fausses factures à l’hôpital

Un entrepreneur lié à l’établissement général juif a plaidé coupable

L’entrepreneur Gilbert Leizerovici
Photo Ben Pelosse L’entrepreneur Gilbert Leizerovici

Coup d'oeil sur cet article

Un entrepreneur au cœur d’un stratagème de fausses factures à l’Hôpital général juif de Montréal vient d’être condamné à 45 mois de prison et à une amende de 400 000 $.

Gilbert Leizerovici a plaidé coupable lundi à des chefs d’infraction liés à l’impôt pour des fausses factures qui ont été faites entre 2008 et 2013. L’homme, qui était à la tête de l’entreprise R.A. Rénov-Action, a profité de ses liens avec certains hauts dirigeants de l’hôpital pour gonfler ses revenus.

Le stratagème de fausses facturations à l’Hôpital général juif de Montréal s’est étendu sur une période de cinq ans, entre 2008 et 2013. L’entrepreneur Gilbert Leizerovici a été l’un des principaux bénéficiaires de ce système.
Photo d'archives, Chantal Poirier
Le stratagème de fausses facturations à l’Hôpital général juif de Montréal s’est étendu sur une période de cinq ans, entre 2008 et 2013. L’entrepreneur Gilbert Leizerovici a été l’un des principaux bénéficiaires de ce système.

Son entreprise a décroché pour plusieurs millions de dollars de contrats en travaux de peinture, entretien et rénovation. Or, certains travaux n’ont pas été réalisés ou ont été surfacturés.

Arrêté deux fois

C’est notre Bureau d’enquête qui avait été le premier à rapporter les agissements discutables de Leizerovici en septembre 2013.

On y révélait notamment que Leizerovici avait fait des travaux de rénovation chez l’un des cadres de l’hôpital. Dans les jours suivants, deux directeurs de l’établissement ont été suspendus et une enquête interne a été déclenchée. L’Unité permanente anticorruption (UPAC) et Revenu Québec ont par la suite ouvert des enquêtes qui ont mené aux condamnations de cette semaine.

L’ancien entrepreneur a été arrêté à deux reprises par l’UPAC. Il a été condamné une première fois à 18 mois de prison en octobre dernier.

En plus de Leizerovici, six autres personnes ont été accusées. Quatre d’entre elles ont bénéficié d’un arrêt des procédures, dont le frère de Gilbert Leizerovici, Alain.

Hôpital perquisitionné

En novembre, un ancien employé de l’Hôpital juif, Jeffrey Fields, a été condamné à une assignation à domicile de six mois assortie d’une amende de 16 000 $. Il avait participé au stratagème de fausses factures et aurait même autorisé un travailleur à facturer durant ses vacances au Chili.

Dans le cadre de l’enquête de l’UPAC, une perquisition a été menée à l’hôpital en octobre 2014. Dans les affidavits qui ont mené à la perquisition, les policiers et Revenu Québec indiquent que des travaux effectués chez des cadres de l’hôpital ont été facturés à l’établissement. Du matériel, comme de la peinture, aurait également été détourné pour faire ces travaux.

On y lit aussi que la compagnie R.A. Rénov-Action et d’autres entreprises liées à Leizerovici ont obtenu pour 15,5 M$ en contrats entre 2004 et 2013.


♦ L’Hôpital général juif a déposé une poursuite civile de 4,5 M$ contre Leizerovici, ses entreprises et certains de ses acolytes, mais aussi ses anciens directeurs Kotiel Berdugo et Philippe Castiel.