/news/transports
Navigation

Des pilotes « distraits », dit le Bureau du Coroner

Des pilotes « distraits », dit le Bureau du Coroner
Photo d'archives, Agence QMI, Maxime Deland

Coup d'oeil sur cet article

Les pilotes de l’avion dans lequel le chroniqueur politique Jean Lapierre et ses proches sont morts après un écrasement en 2016 se sont laissé distraire à un moment crucial, conclut le Bureau du Coroner.

« Les occupants du poste de pilotage ont discuté de choses qui n’étaient pas essentielles notamment durant une phase importante du vol, soit la descente [...], ce qui a pu contribuer à les distraire et ainsi diminuer leur attention », a indiqué le Dr Martin Clavet, dans ses rapports d’investigations rendus publics aujourd’hui.

« Il y a ensuite eu une succession de facteurs qui ont mené à la décision de poursuivre une approche instable. Je juge que l’écrasement comme tel était évitable et donc, que les décès qui en découlent étaient évitables », a-t-il ajouté en conférence de presse.

Selon le coroner, les pilotes discutaient entre autres des systèmes de l’avion au moment où les premiers signes d’instabilité de l’appareil sont apparus. « C'était un vol de familiarisation pour le passager pilote, alors on lui expliquait comme l'appareil fonctionnait », dit M. Clavet.

Jean Lapierre, sa conjointe Nicole Beaulieu, deux de ses frères, Marc et Louis Lapierre, et l’une de ses sœurs, Martine Lapierre, ont péri dans l’écrasement d’avion. L’ex-politicien se rendait alors avec sa famille aux funérailles de son père.

Les pilotes Pascal Gosselin et Fabrice Labourel ont eux aussi perdu la vie dans l'accident. La descente s’est déroulée très rapidement : environ six secondes, selon le Bureau de la sécurité des transports du Canada.

Tous les occupants sont morts sur le coup « d'un polytraumatisme contondant, consécutivement à l’écrasement de l’avion », indique-t-on dans les rapports.

L’enquête policière a indiqué qu’il n’y avait rien de suspect pouvant suggérer un acte criminel.

Le Bureau du coroner fait des recommandations à Transports Canada pour prévenir ce genre d’accident aéronautique.