/sacchips/silo57
Navigation

Tous les restaurants que j’aime ferment

Tous les restaurants que j’aime ferment
instagram.com/mmiljours/

Coup d'oeil sur cet article

Ça a commencé l’an dernier. En février. L’Hôtel Herman, où j’allais régulièrement pour boire un verre et manger une bouchée, a annoncé sa fermeture... Et puis il y a eu le Comptoir charcuteries et vins. Et puis mon chum qui a vendu son resto. Et puis, maintenant, le Landry & filles.

On dit qu’à Montréal, il y a plus de restaurants par personne qu’à New York. Ceci explique cela... Les fermetures de resto sont devenues chose courante. Que ce soit en raison de problèmes financiers ou simplement pour changer de vie, les restaurateurs prennent parfois des décisions qui nous brisent le cœur.

 

Quand j’ai rencontré mon amoureux, il était copropriétaire d'un resto sur Saint-Laurent.

J’allais souvent le rejoindre le vendredi pour boire un verre de blanc nature et manger des huîtres. Je m’asseyais au bar et j’observais le va-et-vient des clients qui étaient toujours nombreux et festifs. La musique était bonne. Le monde était fin. Je garde un très beau souvenir de ces soirées où, derrière le bar, il me faisait des clins d’œil complices en servant des Old Fashioned à la tonne.

 

Quand il finissait son shift plus tôt, on traversait la rue pour aller finir la soirée au Comptoir vins et charcuteries. Laurence et Isabelle, nos sommelières préférées, étaient toujours là pour faire «lever le party» et nous faire découvrir quelques bons vins nature. La vie était douce.

À un moment donné, tout ça s’est essoufflé. Et mon amoureux et ses collègues ont pris la dure décision de vendre le resto. À perte. Les économies de toute une vie.

Nos arrêts au Comptoir sont devenus moins fréquents. On y allait pour bruncher une fois de temps en temps... Mais c’est certain qu’on sortait moins... Budget-wise, tsé...

 

C’est aussi comme ça qu’on a découvert le Landry & filles. Un bon spot. Honnête. Abordable. Avec du vin nature pis du poulet frit. Mais ce qui m’avait surtout charmée, sur leur menu, c’était la salade de brocolis frits César. C’était tellement bon que j’en rêvais la nuit. On sortait de là pis on sentait qu’on en avait eu pour notre argent. C’est rare, les places comme ça.

 

À l’été 2017, le Comptoir a finalement annoncé sa fermeture. Notre amie Laurence devait elle aussi repartir à zéro.

Je l’ai recroisée quelques fois dans d’autres restos, mais c’est certain que la flamme dans ses yeux était un peu éteinte. Je sais qu’elle travaille sur d’autres projets. J’ai hâte de voir la suite...

Les "waitresses" du @lecomptoircharcuteriesetvins en mode "staff party" Bon dimanche!

Une publication partagée par Raphaële Bérubé (@raphaeleb_) le

 

L’Hôtel Herman était acclamé par la critique. Il a «toughé» moins de cinq ans. Même chose pour le Comptoir. Sept ans. Et maintenant le Landry & filles.

 

Même si la gang du Landry & filles était la première à ouvrir un foodtruck à Montréal. Même si leurs plats étaient délicieux et abordables. Même si le staff était toujours accueillant. Même si... Le Landry ferme.

 

La restauration, c’est un milieu ingrat. Tu peux avoir du talent. Être le meilleur des chefs. Être maître sommelier. Être un serveur ultra attentionné. Si ta publicité n’est pas assez «Instagram», ça se peut que tes clients aillent voir ailleurs. Parce que la nouveauté, c’est attirant. Et il n’y a rien comme une toilette avec du papier peint pour prendre un selfie.

Maintenant que le Landry ferme, il ne me reste qu’un seul resto «coup de cœur» à Montréal. C’est là qu’on s’est dit: «Je t’aime» pour la première fois. C’est aussi là qu’on s’est chicanés pour une niaiserie, assis à côté de Kevin Parent.

Si L’Express ferme dans la prochaine année (après 37 ans de service), il n’y aura plus de doute... Tous les restos que j’aime ferment. 

 


Si vous avez le cœur brisé vous aussi, suivez Silo 57 sur Facebook et Instagram.