/sports/hockey/homepage
Navigation

La bête noire de l’Océanic s’amène à Rimouski

La bête noire de l’Océanic s’amène à Rimouski
Photo courtoisie TVA Sports

Coup d'oeil sur cet article

RIMOUSKI | Les paris sont ouverts chez les partisans de l’Océanic de Rimouski. Est-ce que leur équipe réussira à marquer un but cette saison contre Mathieu Bellemare? Mesdames et messieurs, faites vos jeux!

Que ce soit dans l’uniforme des Olympiques de Gatineau ou des Cataractes de Shawinigan, le gardien de 19 ans hante constamment son adversaire bas-laurentien depuis son arrivée dans la LHJMQ.

Bellemare cumule jusqu’à maintenant deux blanchissages consécutifs face à l’Océanic. Il s’est montré parfait le 3 décembre dernier en Outaouais avant de récidiver le 28 décembre à son premier match en Mauricie.

En fait, le dernier but marqué par Rimouski contre Mathieu Bellemare remonte au 15 février 2017. Le vétéran portier tentera de poursuivre cette impressionnante séquence de 134 minutes samedi après-midi au Colisée Financière Sun Life.

«Je sais déjà que Mathieu sera prêt à performer contre nous», rigole le directeur-gérant et entraîneur-chef de l’Océanic, Serge Beausoleil. «C’est un gars qui défie les lancers constamment. Il n’hésite pas à sortir de son filet, des fois jusqu’à une quinzaine de pieds. C’est un battant. On doit donc mettre de la circulation devant lui et profiter de nos chances dans l’enclave. Cela nous réussit bien habituellement».

Une fâcheuse habitude

Au cœur de la course pour l’obtention du trophée Jean-Rougeau, l’Océanic doit éviter de croire que la victoire sera acquise avant la première mise en jeu.

Beausoleil sait très bien que son équipe a la fâcheuse habitude de diminuer son niveau d’intensité lorsqu’elle affronte des formations de bas de classement. La défaite de 3-0 encaissée à Shawinigan à la fin de décembre est un exemple frappant.

«On n’avait même pas touché à la rondelle chez eux la dernière fois. C’est un point qui sera adressé aux joueurs. Il ne faut pas s’adapter à nos adversaires. Toutes les équipes peuvent se battent continuellement. Sombrer dans la facilité te fait manquer la fraction de seconde pour performer. Dans notre sport, il n’y a pas de bataille facile. Il faut voir le danger qui nous guette».

Stewart attendra son tour

Rétabli de sa blessure du mois dernier, Chase Stewart devra malgré tout patienter jusqu’à dimanche avant de revenir au jeu.

Même s’il a quitté l’équipe, Yannik Bertrand complètera samedi ses quatre parties de suspension pour avoir frappé Daniel Hardie à la tête, le 3 janvier, dans un affrontement contre les Sea Dogs à Saint-Jean.

Cette décision disciplinaire prive l’Océanic de l’un de ses trois joueurs de 20 ans, comme le stipule un règlement de la LHJMQ en pareille situation.

«Ca sera difficile d’enlever Mathieu Nadeau de l’alignement avec le match qu’il a joué mercredi contre l’Armada. Stewart reste Stewart, c’est une carte maitresse de notre défensive. On va le retrouver dimanche comme Charle-Edouard D’Astous d’ailleurs ».