/finance/business
Navigation

Le départ de Sears pourrait aider Jean Coutu

Le départ de Sears pourrait aider Jean Coutu
Photo d'archives Craig Robertson

Coup d'oeil sur cet article

La fermeture imminente des magasins Sears au Québec pourrait donner un coup de pouce à Jean Coutu.

« Le départ de Sears pourrait nous aider, notamment du côté de la vente des produits cosmétiques », a indiqué jeudi le grand patron de Jean Coutu, François J. Coutu, lors d’une conférence avec les analystes.

M. Coutu a fait valoir que le secteur du commerce au détail et de la pharmacie demeurait très compétitif au Québec.

Au troisième trimestre, Jean Coutu a fait état de profits de 42,1 millions $, en baisse de 9,1 millions $ (-18 %) par rapport à la même période l’an dernier.

Manifestement, Jean Coutu attribue cette baisse des bénéfices à une diminution de la contribution de sa filiale Pro Doc au résultat net et à des dépenses cumulées de 8,5 M$ liées à l’entente de regroupement avec l’épicier Metro. Durant cette période, les revenus de Jean Coutu sont passés à 758,9 M$, en légère baisse comparativement à 763,7 M$ l’an dernier.

Hausse des ventes au détail

Sur une base d’établissements comparables, les ventes au détail du réseau PJC ont augmenté de 3,4 %, alors que celles de la section pharmaceutique ont progressé de 4 %. « Les ventes au détail du réseau ont connu une augmentation appréciable au troisième trimestre, et ce, en dépit d’un contexte réglementaire contraignant et d’un environnement très compétitif », a fait savoir le président et chef de la direction de Jean Coutu.

Au dernier trimestre, les ventes de médicaments génériques Pro Doc ont atteint 43 M$, en recul par rapport à 51,1 M$ au troisième trimestre de l’an dernier.

Vente approuvée à 99,9 %

M. Coutu n’a d’ailleurs pas voulu discuter du projet de la vente de l’entreprise à l’épicier Metro pour 4,5 milliards $, alors que les autorités réglementaires n’ont toujours pas donné le feu vert à la transaction. Les actionnaires de Jean Coutu ont pour leur part entériné la transaction à 99,9 % lors d’un vote survenu en novembre dernier.