/news/currentevents
Navigation

Du fentanyl retrouvé dans du crack et de la coke

Coup d'oeil sur cet article

De la cocaïne contenant du fentanyl est à l’origine de deux surdoses sévères, dont une mortelle, survenues récemment à Montréal.

Les autorités de santé publique ont mis en garde, vendredi, les consommateurs de cocaïne, mais aussi de crack, puisque d’autres cas de surdoses graves ont été signalés. Ils auraient été causés par une substance « possiblement contaminée au fentanyl ».

« La cocaïne et possiblement le crack s’ajoutent donc à liste des drogues comme l’héroïne qui peuvent contenir du fentanyl », prévient la Direction régionale de santé publique du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal

On recommande aux utilisateurs de drogues « d’être extrêmement prudents » et de ne pas consommer seuls ou tous en même temps lorsqu’ils sont un groupe, en plus d’avoir de la naloxone (un médicament qui sert neutraliser les effets des opioïdes) à portée de main.

Les autorités n’ont pas précisé où la drogue avait été achetée ni où et quand les surdoses ont eu lieu.

Une dose de 2 mg de cet opiacé ultrapuissant, soit l’équivalent de quatre grains de sel – et que certains trafiquants sans scrupules mélangent à de la drogue pour être revendue –, peut être fatale, selon la police.

La crise passée ?

Le fentanyl a fait six décès en 2017, selon le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

En date du 19 décembre, le SVPM relevait 32 surdoses, dont trois mortelles. La moitié sont survenues en août, ce qui laissait présager que le pire de la crise était passé.