/weekend
Navigation

10 films québécois à voir en 2018

Coup d'oeil sur cet article

Les nouveaux films des cinéastes Denys Arcand, Xavier Dolan et Kim Nguyen, un drame biographique sur la vie de La Bolduc, une nouvelle comédie populaire signée Ricardo Trogi... Après une année de succès au box-office en 2017, le cinéma québécois tentera de poursuivre sur sa lancée en 2018 en proposant une sélection de films aussi variée que prometteuse. En voici dix à surveiller de près.

Hochelaga, terre des âmes

Photo courtoisie

Cette grande et ambitieuse fresque identitaire réalisée par le réputé ­cinéaste et metteur en scène ­François Girard (Le violon rouge) retrace ­l’histoire de Montréal à travers ­plusieurs événements marquants étalés sur une période de 750 ans. Présenté en première mondiale en septembre dernier, dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal, Hochelaga, terre des âmes a été produit avec un budget important (15 M$) et réunit plusieurs acteurs connus (dont Samian, Vincent Perez, ­Sébastien Ricard, Gilles Renaud et Karelle Tremblay).

► Sortie : 19 janvier

Pour vivre ici

Photo courtoisie

Après avoir travaillé ensemble dans trois films (La femme qui boit, La neuvaine et La donation), le cinéaste Bernard Émond et l’actrice Élise Guilbault refont équipe pour une quatrième fois avec ce nouveau drame racontant l’histoire­­­ d’une femme dans la soixantaine qui, après avoir perdu son mari, décide de quitter sa petite ville de la Côte-Nord pour aller visiter ses enfants à Montréal, puis revoir les lieux de son enfance en Ontario.

► Sortie : 23 février

Charlotte a du fun

Photo courtoisie

Neuf ans après Les Grandes Chaleurs, Sophie Lorain signe son second long métrage comme réalisatrice avec cette comédie dramatique qui abordera les thèmes de la pulsion et du désir sexuel chez les jeunes filles. Tourné en noir et blanc, le film racontera l’histoire d’une adolescente de 17 ans qui, après avoir réalisé qu’elle avait couché avec tous ses collègues masculins du magasin dans lequel elle travaille, décide de créer un mouvement d’abstinence avec les autres employées.

► Sortie : 2 mars

Nelly et Simon : Mission Yéti

Photo courtoisie

Ce film d’animation québécois réalisé par Pierre Gréco (Le Coq de St-Victor) et Nancy Florence Savard (La légende de Sarila) prendra l’affiche juste à temps pour la semaine de relâche scolaire. ­Mettant en vedette les voix de ­Guillaume Lemay-Thivierge, Sylvie ­Moreau et Rachid Badouri, Nelly et ­Simon : Mission Yéti raconte les aventures d’une ­détective privée débutante et d’un assistant de recherche en science qui décident de partir au Népal pour tenter de prouver l’existence du Yéti.

► Sortie : 23 février

La Bolduc

Photo courtoisie

L’actrice Debbie Lynch-White se glisse dans la peau de La Bolduc dans ce drame biographique réalisé par ­François Bouvier (Paul à Québec). La Bolduc se penchera sur la vie et la ­carrière de Mary Travers, alias La Bolduc, cette mère de famille pauvre et sans éducation qui a réussi à sortir sa famille de la misère en devenant une chanteuse folklorique à succès dans le Québec des années 1920.

► Sortie : Printemps 2018

The Death and Life of John F. Donovan

Photo courtoisie

Aussi très attendu, ce premier film anglophone du cinéaste Xavier Dolan devrait­­ finalement atterrir sur nos écrans cette année, après avoir été fort probablement présenté en première mondiale dans un grand festival (Cannes ?). Tourné avec un budget important (environ 35 M$) et une belle brochette de vedettes internationales (Kit Harington, Jessica Chastain, Kathy Bates, Natalie Portman, Susan Sarandon), The Death and Life of John F. Donovan racontera l’histoire d’un acteur hollywoodien très célèbre (Harington) qui devient la cible de l’éditrice d’un magazine à potins (Chastain) après que celle-ci découvre qu’il entretient une correspondance avec un jeune Britannique de 11 ans.

► Date de sortie à déterminer

La disparition des lucioles

Photo courtoisie

Après les excellents Le vendeur et Le démantèlement, le cinéaste ­Sébastien ­Pilote proposera cette année ce troisième long métrage de fiction, qu’il a tourné au printemps passé au Saguenay. Mettant en vedette Karelle Tremblay, Pierre-Luc Brillant, François Papineau et Luc Picard, La disparition des lucioles relate la rencontre d’une fille marginale et dégourdie de 17 ans (Tremblay) et d’un homme plus vieux qu’elle qui vit dans le sous-sol de ses ­parents et qui donne des cours de guitare (Brillant). Pilote a dit vouloir rejoindre un public plus large avec ce film « plus sexy et rock’n’roll » que ses œuvres précédentes.

► Date de sortie à déterminer

1991

Photo courtoisie

Les comédies policières De père en flic 2 et Bon Cop, Bad Cop 2 ont cartonné au box-office québécois l’été passé. La comédie 1991, dernier volet de la trilogie autobiographique de Ricardo Trogi (1981, 1987) aura-t-elle autant de succès l’été prochain ? Dans ce nouveau film vaguement inspiré de la jeunesse de Trogi, l’acteur Jean-Carl Boucher reprend le rôle de Ricardo, qui a maintenant 21 ans et qui part en voyage en Italie pour suivre la fille de ses rêves (Juliette Gosselin). Ça promet !

► Sortie : Été 2018

Triomphe de l’argent

Photo courtoisie

On attend avec beaucoup de fébrilité la sortie de ce nouveau film du réputé cinéaste Denys Arcand (Les Invasions Barbares, Le déclin de l’empire américain), qui réunit une distribution impressionnante, composée notamment d’Alexandre Landry, Maripier Morin, Louis Morissette, Maxim Roy et Yan ­England. Décrivant Triomphe de l’argent comme un film policier, Arcand a dit vouloir renouer avec le genre et l’esprit de ses trois premiers longs métrages de fiction (La maudite galette, Réjeanne ­Padovani et Gina). Réussira-t-il à rebondir après l’échec de son film précédent, Le règne de la beauté ?

► Date de sortie à déterminer

Eye on Juliet

Photo courtoisie

Présenté en septembre dernier à la prestigieuse Mostra de Venise, ce second film anglophone du cinéaste québécois Kim Nguyen (Rebelle, Un ours et deux amants) raconte l’histoire d’une rencontre improbable entre l’opérateur d’un robot contrôlé à distance (Joe Cole) et une jeune femme du Moyen-Orient (Lina El Arabi). Au cours du tournage de ce film, qui a eu lieu à ­Montréal, à Paris et au Maroc, Nguyen avait décrit cette histoire d’amour atypique comme « un conte moderne sur la façon dont les humains s’efforcent de communiquer les uns avec les autres ».

► Date de sortie à déterminer