/lifestyle/psycho
Navigation

8 façons de stimuler ses neurones

Brain training with weightlifting flat design. Creative idea concept
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

L’« effet nouveau départ » survient toujours en janvier. On change de chapitre, on fait un tour d’horizon de sa vie et, souvent, on prend une ou quelques résolutions. La santé prime, mais on pense également à l’argent, à de nouveaux apprentissages, à bien s’organiser ou à mieux socialiser. Quel que soit ce qu’on aimerait atteindre, cultiver notre santé mentale et la vigueur de nos neurones ne pourra qu’aider.

1. Des exercices physiques. Toute notre vie, notre cerveau accueille de nouveaux neurones, mais pour les encourager à grandir et à se connecter, il faut nous en occuper. On le dit : bouger aide à bien vivre et rendrait même plus intelligent. Les rats qui courent dans une roue d’exercices génèrent trois fois plus de nouveaux neurones que les rats sédentaires, à condition de le faire de façon modérée. Pour les humains que nous sommes, il s’agit de nous activer 20 minutes en faisant augmenter (pas trop haut tout de même) le nombre de nos battements de cœur.

2. La créativité en plus de la routine. La routine et les habitudes nous permettent d’économiser nos ressources : on agit sans trop avoir à penser. Mais si on l’oublie parfois, la créativité a avantage à être au cœur de notre vie. Pour lui faire une place, on accepte de ne rien faire (de temps en temps), on cultive un peu de solitude (pour penser librement), on recherche les situations inédites (oui, ce pays ou ce coin de pays pourrait être le fun à visiter), on fait des apprentissages actifs (une langue, un art, un sport, toute discipline qui nous tente). Autre aspect qui ouvre la porte à la créativité : il s’agit de ne pas se répéter « je n’y arriverai pas » et de plutôt opter pour « je rebondirai toujours. »

3. Se stabiliser dès le matin. Vous venez de vous lever, écrit le Dr Frédéric Saldmann dans Votre santé sans risque, avant toute chose, tenez-vous immobile, les bras le long du corps, placez vos jambes et vos pieds dans une position stable. Fermez les yeux et respirez calmement. Imaginez que vos pieds sont des racines qui poussent dans le sol et qu’elles vous relient à la terre. Recherchez votre centre de gravité en pensant que personne ne pourrait vous faire tomber en vous poussant. Cette force, vous la garderez toute la journée. Toujours en équilibre, songez à votre plan du jour...

4. Cultiver son intuition. Frédéric Saldmann rappelle les bienfaits de l’écoute de notre intuition : plutôt que de raisonner méthodiquement ou, pire encore, de discuter avec les autres de nos problèmes, décisions, réflexions ou tergiversations, il vaudrait mieux nous écouter nous-mêmes, nous connecter à ce qu’on ressent et agir à partir de là. C’est très valable quand on a une résolution à tenir !

5. Un massage du cerveau. On peut relaxer notre cerveau en lui faisant un petit massage imaginaire, propose Henri Brunel. Vous vous installez de façon agréable, dans une pièce ni trop chaude ni trop froide, en veillant au confort de votre tête. Vous êtes seul, votre cellulaire est à silencieux. Vous posez vos mains sur vos cuisses, les paumes tournées vers le ciel, vous les imaginez « oiseaux qui vont s’endormir ». Vous fermez les yeux, détendez vos épaules et vos bras, votre nuque et votre tête. Avec lenteur et douceur, vous observez (en imagination) votre cerveau, cette centrale électrique et chimique toujours en activité. Il s’agit de l’apaiser. Balayez l’intérieur de votre crâne d’une brise légère, imaginez qu’un ruisseau le traverse. Imaginez ensuite que votre cerveau est une grosse éponge naturelle, vous le pressez avec une douce fermeté, vous relâchez, vous pressez, vous relâchez... à quelques reprises, pendant trois minutes, pas plus. Revenez lentement à la normale.

7. Plus d’ocytocine. Aimer, converser, voir des amis, être en relation sociale, personnelle, intime, a de bons impacts sur notre santé psychique. Le lien social stimule l’ocytocine, une hormone connue pour le calme qu’elle apporte. La docteure Elizabeth Gould en a injecté à des rats et de nouveaux neurones ont commencé à proliférer. L’amour rendrait donc intelligent ! On pensera à l’heureux effet d’un câlin.

8. À propos des résolutions. Cultiver nos neurones peut certainement nous aider à atteindre notre but, notre résolution de l’année. Cela dit, les dernières recherches à ce sujet semblent prouver une chose : on n’atteint un but que dans la mesure où on aime faire ce qu’il implique. La seule question à se poser pour savoir si ça va marcher : est-ce que les actions que cette résolution entraîne me plaisent, est-ce qu’elles m’apportent du plaisir ?