/opinion/columnists
Navigation

Lettre aux orphelins de l’attentat de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Le 29 janvier 2017, un attentat horrible est survenu au Centre culturel islamique de Québec où s’étaient réunis une soixantaine de fidèles. Six de vos papas y ont été tués par un jeune homme, dont on ignore encore les mobiles. Un geste insensé qui vous a privés d’une présence si essentielle à un moment crucial de votre vie.

Un Québec exemplaire

Les Québécois vous ont manifesté, ainsi qu’à vos familles, une affection spontanée. Il faut s’en souvenir, car pour la plupart, vous êtes trop jeunes pour en saisir la portée et la signification.

Un jour viendra où vous pourrez faire la part des choses et vous constaterez que, malgré l’ampleur de la tragédie, la société québécoise, la vôtre, a eu une attitude digne et exemplaire.

Dans les écoles que vous fréquentez, une attention particulière vous a été accordée, des fonds publics ont été alloués à votre famille, notamment par le programme d’indemnisation des victimes d’actes criminels (IVAC) et le Régime des rentes du Québec.

Des dons du Québec et du Canada ont été recueillis en votre nom, des certificats de sélection pour motifs humanitaires ont été délivrés, expressément, pour permettre la réunification des familles en provenance des pays d’origine, etc.

Je ne connais pas un pays, musulman ou occidental, qui aurait fait plus ou mieux en pareilles circonstances pour vous soutenir, ainsi que votre famille, moralement et financièrement afin d’assurer votre protection et veiller à votre bien-être. Il faut en être reconnaissant.

Vous n’y êtes pour rien, car on ne vous a pas consultés, mais la commémoration de ce triste anniversaire qui s’annonce pour la fin janvier ne doit pas être instrumentalisée. Elle vous concerne ainsi que votre famille, au premier chef.

Or, des groupes, comme le Conseil national des musulmans canadiens (CNMC), autrefois CAIR-Canada, n’ont pas hésité à exploiter cette corde sensible à leur avantage.

C’est ainsi qu’ils se sont approprié la mort de vos êtres chers pour en faire un bouclier contre le « péché mortel » de l’islamophobie – lire ici mon article à ce sujet : bit.ly/2lMFV0O

Un détournement odieux

Ces éternels « leaders » autoproclamés ont réussi, au fil des ans, à se faire « crédibiliser » par des politiciens qui les prennent pour les « porte-parole des musulmans » sans jamais remettre en question leur représentativité.

Le constat a été fait lors des funérailles de février 2017 par des proches endeuillés qui estimaient que ces groupes avaient mobilisé la classe politique et les médias, à Québec et à Montréal, pendant deux jours pour se donner un maximum de visibilité.

Voici ce qu’en disait un membre de la famille d’un des défunts, Mohamed Said Abdalla, sur sa page Facebook, le 28 mars 2017. Il y a qualifié la mainmise de certains groupes sur l’organisation des funérailles de « hold-up funèbre ».

« D’emblée, j’affirme que nous, sa famille et ses proches, avons été exclus de tous les préparatifs de la cérémonie officielle des funérailles. [...] Notre surprise a été grande de découvrir que la cérémonie officielle a été prise en charge par les organismes liés à la mosquée El Badr de Montréal, qui ont occupé le devant de la scène. [...] Nni moi ni le frère du défunt n’avions eu le droit de décider ou de prendre la moindre initiative. »

« Qui a mis au point le programme des déclarations et a choisi les intervenants religieux ? » se demandait-il, qualifiant « la frénésie qui s’est emparée de ces animateurs religieux » de « choquante ». Un « show cérémonial » dont l’objectif est « de faire admettre, dans l’imaginaire collectif des Canadiens et des Québécois, que leur communauté est soumise à un harcèlement qui la rend vulnérable ».

Cette vulnérabilité qu’ils essaient de coller sur le front des musulmans porte un nom, c’est l’islamophobie.

Pour vous, les orphelins de l’attentat de Québec et votre famille, cette commémoration doit reprendre son véritable sens, celui d’un hommage aux défunts. C’est un devoir de mémoire pour célébrer leur vie et leurs réalisations.

Ne laissez personne faire de vous des victimes perpétuelles, à cause de votre origine ou de votre religion. Que cette épreuve vous donne la force de vous propulser vers l’avant et le courage de vous accomplir comme des Québécois à part entière. Votre papa en serait très fier.


In Memoriam : Ibrahima Barry, Mamadou Tanou Barry, Khaled Belcacemi, Abdelkrim Hassane, Azzeddine Soufiane et Aboubaker Thabti. ­