/24m/city
Navigation

Côte-Saint-Luc: des pancartes non conformes pour interdire le stationnement de nuit

Côte-Saint-Luc: des pancartes non conformes pour interdire le stationnement de nuit

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Côte-Saint-Luc utilise des panneaux non conformes pour interdire le stationnement dans ses rues entre 3 h à 6 h du matin, en vertu d’un règlement qui peut confondre ses résidents.

C’est le cas de Léa Lévesque, nouvelle résidente de Côte-Saint-Luc, qui s’est sentie «insultée et désemparée» après avoir reçu sept constats d’infraction – dont un annulé – en un mois et demi pour avoir contrevenu sans le savoir au règlement.

«Je suis anxieuse, angoissée et submergée par les factures, ne sachant pas comment je vais payer», a raconté la femme de 26 ans qui devra débourser 318 $ pour des constats d’infraction reçus en novembre et décembre.

Elle n’avait jamais vu l’un des 12 panneaux d’interdiction de stationnement posés aux entrées de la ville et «autres endroits stratégiques». Le propriétaire de son logement ne l’avait pas non plus informée du règlement à son arrivée à la fin du mois de septembre. Ses démarches auprès de la mairie pour obtenir un permis temporaire, puis un permis de nuit, au coût de 25 $ par mois, afin de régler sa situation, se sont aussi avérées longues et laborieuses.

Signalisation non règlementaire

Selon le ministère des Transports (MTQ), qui dicte les normes d’installation de la signalisation routière dans les municipalités, les pancartes de Côte-Saint-Luc ne sont pas conformes «aux normes du code de la sécurité routière».

Le MTQ a informé jeudi la Ville de cette situation, qui devra ensuite modifier ou retirer la signalisation non règlementaire. La Ville indique de son côté ne pas avoir reçu encore l’avis du ministère, et n’est donc pas en mesure de commenter davantage le sujet.

«Je les vois [les pancartes] chaque fois que j’entre dans la ville parce qu’elles sont vraiment aux entrées, mais c’est facile de les manquer si vous vous concentrez sur la voiture devant vous», a admis la directrice générale Tanya Abramovitch, qui défend l’application du règlement pour des raisons de sécurité et pour faciliter le déneigement.

La direction générale et les communications travaillent présentement à la production de dépliants pour informer les propriétaires et les locataires du règlement. Ces dépliants seront distribués au cours du mois de janvier.

«Ce cas [celui de Léa Lévesque] nous a montré où il y a une faiblesse dans notre système», a reconnu Tanya Abramovitch

Aucun espace disponible

Le règlement stipule que les Côte-Saint-Luçois peuvent obtenir un permis de nuit seulement s’il n’y a aucun espace de stationnement où ils résident. Si un espace de stationnement est disponible, même s’il est payant, les résidents sont obligés de le prendre.

«Je trouve juste cela stupide de ne pas avoir le choix», a protesté Léa Lévesque. «Je me retrouve à ajouter un 25 $ par mois en plus de toutes mes autres dépenses!» a dénoncé cette dernière, qui a renoncé à payer un espace de stationnement dans son immeuble, où les places sont déjà toutes prises, pour ses finances personnelles.