/finance/business
Navigation

Jusqu’à 200% de profits pour les producteurs de cannabis

Coup d'oeil sur cet article

À quelques mois de la légalisation du cannabis au Canada, les producteurs autorisés se frottent les mains. Certains espèrent réaliser jusqu’à 200 % de profits en vendant leurs produits à la Société québécoise du cannabis (SQC).

En s’installant au Québec, l’entreprise Hydropothecary bénéficie des coûts de production parmi les plus bas en Amérique du Nord.

«Produire un gramme de cannabis nous coûte 89 cents», a soutenu Pierre Killeen, vice-président aux relations gouvernementales, lors d'une entrevue accordée à TVA Nouvelles. L’entreprise espère vendre ce même gramme entre 2 $ et 3 $ à la SQC, qui le revendra entre 7 $ et 8 $ au consommateur.

«On parle d’une marge de profit entre 100 % et 200 % pour le producteur», a souligné Philippe Hurteau, chercheur à l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS).

«Peu d’entreprises peuvent se vanter de faire autant de profits. Le cannabis est peu cher à produire, notamment en raison des faibles coûts d’électricité au Québec», a expliqué le chercheur.

Chez Hydropothecary, on parle de «l’avantage Québec». «On se trouve avec des coûts très bas en hydroélectricité, une main-d’œuvre très bien formée, et aussi une abondance d’eau. Vraiment, nous avons les avantages au Québec pour devenir un leader mondial», a insisté M. Killeen.

Une expansion majeure à Gatineau

La SQC est à la recherche de 144 tonnes de cannabis pour sa première année d'exploitation. Hydropothecary négocie actuellement pour devenir un fournisseur important au Québec.

«Nous avons un plan d’expansion avec des installations de plus d’un million de pieds carrés qui seront en opération d’ici un an», a expliqué le vice-président d’Hydropothecary. La société attend toujours les permis nécessaires de Santé Canada pour la culture du pot dans ses futures serres.

Si les plans de l’entreprise de Gatineau se concrétisent, elle deviendra l’un des plus importants producteurs de cannabis en Amérique du Nord, avec plus de 110 tonnes de marijuana par année.

Elle n’exclut pas de se lancer dans le commerce de détail en s’installant dans les provinces qui l’autorise, comme la Colombie-Britannique. D’ici quelques mois, 200 travailleurs devraient y travailler pour produire du pot médical et récréatif.