/misc
Navigation

La stratégie américaine préconisée en Syrie

Coup d'oeil sur cet article

La stratégie américaine en Syrie apparaît de plus en plus clairement. Les États-Unis ont décidé de créer une nouvelle force armée kurde de 30 000 hommes au nord-est de la Syrie. Hier, le ministre russe des Affaires extérieures dénonçait la volonté américaine de découper la Syrie.

Pour sa part, le gouvernement turc annonçait même qu’il pourrait attaquer subitement les Kurdes de Syrie. Les Kurdes ont certes mérité un État qui leur appartiendrait dans la région. La défaite de l’État islamique aurait été impossible sans eux. Les Kurdes ont été souvent admirables dans les épreuves qu’ils ont subies. Mais les relations internationales ne sont pas une affaire de morale. Les Kurdes s’insèrent d’abord et avant tout dans le jeu géostratégique des États-Unis.

1 Pourquoi cette région du monde est-elle importante pour les États-Unis ?

Après la chute de l’Union soviétique, les États-Unis ont renforcé leur présence au Proche et au Moyen-Orient parce que Moscou ne pouvait plus y intervenir comme auparavant. Cette région du monde est importante pour plusieurs raisons. Entre autres : elle regorge d’hydrocarbures, elle est proche de l’Asie centrale, qui elle aussi possède des réserves pétrolières et gazières importantes, elle est voisine de l’Iran et de la Russie et elle est traversée par de nombreux pipelines importants.

2 Quels sont les problèmes militaires des États-Unis dans la région ?

Malheureusement pour les États-Unis, l’invasion de l’Afghanistan et de l’Irak a été un demi-succès. Les États-Unis ne sont pas parvenus à s’imposer durablement dans ces pays. La conquête de l’État islamique est une des conséquences de ces échecs. Avec les années, la Russie est parvenue à reconstituer une partie de sa puissance militaire. C’est ce qui lui a permis de soutenir efficacement son allié syrien au moment du Printemps arabe. Quelques années plus tôt, la Russie en aurait probablement été incapable.

3 Quelle est la nouvelle stratégie américaine ?

Face au retour des Russes dans la région et face aux problèmes en Irak et en Afghanistan, les États-Unis ont décidé de se replier sur leurs alliés traditionnels, en particulier Israël et l’Arabie saoudite. En théorie, les États-Unis auraient aussi pu se replier sur la Turquie. Mais le régime du président Erdogan a commis des erreurs qui ont suscité l’inquiétude des Américains : il a secrètement soutenu l’État islamique et il a fleureté avec la Chine et la Russie. Résultat : les États-Unis commencent à s’appuyer sur les Kurdes malgré les Turcs.

4 Pourquoi s’allier aux Kurdes ?

Les Kurdes ont prouvé qu’ils étaient d’excellents combattants. Les territoires qu’ils revendiquent sont au cœur du Proche et du Moyen-Orient. Leur forte présence dans plusieurs pays, dont l’Iran et la Turquie, leur octroie un grand potentiel de déstabilisation. Bref, les Américains ont toutes les raisons du monde de s’allier aux Kurdes et de chercher à les renforcer.