/entertainment/comedy
Navigation

«Moi?» d’Yves P Pelletier: drôle, nono et disjoncté

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | On avait hâte de découvrir ce Moi? d’Yves P Pelletier, qui, à 57 ans, a baptisé mercredi son tout premier one-man-show au Monument National. Et on avait bien raison.

Depuis l’annonce de ce premier effort qui s’ajoute à une feuille de route déjà bien garnie, Yves P Pelletier nous a prévenus qu'il allait se partager la scène avec ses personnages qui ont fait les beaux jours de RBO. Ceux-ci, toutefois, ne lui font jamais ombrage. L’humoriste s’amène devant nous en crise existentielle, mais en plein contrôle.

«Je me sens comme Éric Salvail dans un vestiaire, je ne sais pas par quel bout commencer, a-t-il lancé d’entrée de jeu. Si vous vous attendez à de l’humour douteux, vous êtes à la bonne place.»

Quête identitaire

Comme le titre l’indique, la quête identitaire sert de point de départ. À voir Yves P Pelletier jongler avec ses personnages depuis plus de 35 ans, «ses voix dans sa tête», s’étonnerait-on qu’il souffre du trouble de la personnalité? Et c’est exactement la pente savonneuse qu’il emprunte.

Qu’en est-il de «lui», au juste? Le «timide», la «bibitte bizarre», «drama queen» et «hypersensible»? Est-il fou, s’interroge-t-il? Jusqu’à la fin du spectacle, on n’en sait rien, sinon que ses tranches de vie, de semi-vérités, sont rythmées et disjonctées. Un tour introspectif sarcastique, nono et franchement hilarant.

Ainsi remonte-t-on dans son enfance, alors qu’il adorait le sport, «mais ce n’était pas réciproque». Sa passion des voyages, l’ex-animateur de l’émission «Partir autrement» sur les ondes de TV5 la doit au fait d’avoir grandi à Laval, où il se disait qu’«il y avait sûrement autre chose que la roulathèque et Gilles Vaillancourt». Ses récits dans les chambres d’hôtel au Japon ont produit leur effet dans la salle.

Joyeuses retrouvailles

Bien sûr, on prend un malin plaisir à renouer avec l’extraterrestre Stromgol, de passage sur le plateau de «Demi Lévesque». Chapeau d’ailleurs à Pierre-Michel Tremblay, qui signe la mise en scène, et à l’équipe de Lüz Studio, responsable des décors, dont la pivotante planète Amos. Cherze Siachon et sa gymnastique linguistique ont eux aussi donné lieu à de joyeuses retrouvailles, tout comme Swami Fréchette et Capharnaüm, dans un savoureux numéro sur la religion.

Mais c’est surtout Monsieur Caron et le bulletin de nouvelles pour malentendant, où l’actualité est passée dans le tordeur, qui ont fait crouler de rire. Porte-voix par excellence des boutades les plus cinglantes, ses répliques ont atteint leur cible.

Disons-le, l’ex-membre de RBO est très à l’aise dans la formule «stand-up», même s’il y fait ses premières armes. Dans une énergie de feu et hyperactif, il nous garde captifs dans son délire pendant 90 minutes et s’accorde juste assez de temps de glace sans mimique ni costume pour qu’on l’apprécie, lui.

Moi? d’Yves P Pelletier est présenté au Monument National les 18 et 19 janvier. En supplémentaire le 20 avril 2018.