/news/health
Navigation

Une salle de conférence avec civières à l’hôpital

L’épidémie de grippe force les dirigeants à prendre des mesures exceptionnelles

hôpital de Joliette
Photo Geneviève Quessy Le Centre hospitalier régional de Lanaudière, à Joliette, a installé au moins six civières dans cette salle de conférence à cause des débordements à l’urgence. Une employée y partage son bureau avec les patients alités et séparés par des paravents.

Coup d'oeil sur cet article

L’épidémie de grippe oblige des hôpitaux à prendre des mesures exceptionnelles, comme remplir de civières une salle de conférence pour soigner le plus de malades possible pendant que les urgences débordent.

« On arrive au cœur de l’épidémie, la partie la plus intense de la transmission [de la grippe] », lance le Dr Gaston De Serres, de l’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ). Impossible cependant de prédire combien de semaines elle durera.

Mais déjà, la pression se fait sentir sur les hôpitaux du Québec. Une quinzaine d’urgences atteignent des taux d’occupation de plus de 150 %, depuis maintenant plus d’une semaine.

Au Centre hospitalier régional de Lanaudière à Joliette, par exemple, au moins six civières occupent désormais une salle de conférence du cinquième étage. Une employée y partage même son bureau avec les malades alités, séparés par des paravents.

L’urgence de cet hôpital était d’ailleurs à 182 % de sa capacité hier.

Il s’agit d’un espace de débordement « exceptionnel », selon la porte-parole du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière, Pascale Lamy, précisant que cet hiver est pire que les précédents.

« Nous faisons face à un achalandage particulièrement élevé », souligne-t-elle.

Des employés rencontrés sur place par le Journal ont aussi indiqué que la semaine dernière, des civières longeaient les corridors du sous-sol et que la possibilité d’utiliser le gymnase avait été évoquée.

Gaston de Serres<br>
<i>Médecin</i>
Photo courtoisie
Gaston de Serres
Médecin

 

Bureaux administratifs

Le CISSS de la Montérégie-Ouest est lui aussi aux prises avec un nombre de malades hors du commun dans ses urgences. Les cliniques de médecine de jour de l’Hôpital Anna-Laberge et de physiothérapie de l’Hôpital du Suroît ont ainsi été réaménagées pour y héberger une quinzaine de patients.

Ces deux cliniques poursuivent actuellement leurs activités dans des salles de réunion ou des bureaux administratifs, précise la porte-parole Jade St-Jean.

Hier, l’Hôpital du Suroît à Salaberry-de-Valleyfield restait l’un des plus surpeuplés de la province, avec un taux d’occupation de 241 %.

« Nous tentons de répondre à la demande et de bien le faire », dit Mme St-Jean, ajoutant que du personnel supplémentaire travaille dans les urgences et les unités de débordement.

« Stressant »

« C’est extrêmement stressant pour tout le monde, autant le personnel, les médecins et les autres patients. Ça n’existe pas, une urgence faite pour prendre les débordements », soutient la présidente du Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires du CUSM, Sandra Seto.

La saison de la grippe reste particulièrement virulente cet hiver, selon Gaston de Serres, de l’INSPQ. Le médecin souligne que, la semaine dernière, un peu plus de 2000 cas ont été testés positifs en laboratoire, alors que l’an passé, 1100 cas avaient été testés pendant la pire semaine.

L’épidémie frappe aussi durement nos voisins du sud. Les États-Unis ont déjà dénombré 6500 hospitalisations reliées à la grippe et 20 enfants en sont morts.

– Avec Geneviève Quessy, collaboration spéciale

Les taux d’occupation des urgences les plus élevés

  • Hôpital du Suroît, Salaberry-de-Valleyfied 241 %
  • Hôpital général juif, Montréal 191 %
  • Hôpital Anna-Laberge, Châteauguay 183 %
  • Centre hospitalier régional de Lanaudière, Joliette 182 %
  • Hôpital laurentien, Sainte-Agathe-des-Monts 178 %

​Source : Indexsanté.ca