/sports/football/alouettes
Navigation

Martin Bédard peut poursuivre son rêve

Martin Bédard peut poursuivre son rêve
Photo d'archives, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

Le Québécois Martin Bédard sera de retour pour une 10e campagne avec les Alouettes, la saison prochaine, lui qui a paraphé un nouveau contrat d’un an avec la formation montréalaise.

«Je vis encore un rêve quand j’arrive ici et que je vois les logos de l’équipe, je me pince encore», a commenté Bédard, jeudi, au moment de confirmer l’entente dans les bureaux des Alouettes, au Stade olympique.

Même après une décennie et deux conquêtes de la Coupe Grey (2009 et 2010), le spécialiste des longues remises savoure chaque jour où il doit fouler le terrain de football.

«Je suis juste vraiment reconnaissant du fait que j’ai pu avoir un autre contrat pour pouvoir jouer encore et vivre de ma passion, a-t-il indiqué. Je suis vraiment chanceux de vivre ce rêve-là et de le vivre chez nous.»

Pas question de quitter

Tristement, le décès de ses deux parents, chacun emporté par le cancer au fil des ans, vient mettre les choses en perspective pour l’athlète de 33 ans. Tout comme le fait que son frère Mathieu se retrouve en chaise roulante, également en raison de la maladie.

De ce point de vue, quand la récente saison de misère des Alouettes est mentionnée, Bédard affiche clairement sa position et assure qu’il n’a jamais été question pour lui de quitter le nid pour tenter sa chance ailleurs.

«Je ne suis pas quelqu’un qui lâche dans la vie, je suis quelqu’un qui essaie d’arranger les choses, a-t-il dit. Je vois le bon côté des choses et je bâtis là-dessus à la place de vouloir baisser les bras et d’abandonner. Ce n’est vraiment pas dans ma nature de faire ça.»

La retraite à 60 ans...

Sur une note personnelle, Bédard associe surtout la longévité de sa carrière à son acharnement à l’entraînement.

«Je suis quelqu’un qui donne un énorme effort, a indiqué le Québécois. Je fais tout ce que je peux à 100%.

«Dans mes rêves les plus fous, c’est sûr que de prendre ma retraite à 60 ans, ce serait fantastique, a-t-il ensuite blagué. Je joue à une position qui est moins propice aux blessures. Je touche du bois en disant ça, mais si on compare à un porteur de ballon qui absorbe des coups à chaque jeu, à ma position, c’est plus souvent moi qui donne des coups, c’est certain que ça peut aussi aider à la longévité de ma carrière.»

Atteindre son objectif

En 17 matchs lors de la saison 2017, Bédard a multiplié les bonnes remises en plus d’amasser huit plaqués sur les unités spéciales. Au total, il compte maintenant 135 matchs en carrière dans la Ligue canadienne de football, tous avec Montréal.

«Les Alouettes demeurent l’équipe que j’ai suivie en grandissant (à Laval), a précisé Bédard. Quand le club est arrivé en 1996, j’en étais à ma troisième année dans le football. Mon but devenait de jouer au football professionnel et j’avais encore plus de motivation car je voyais que c’était concret.»

Bédard a beau se pincer, le rêve qu’il vit encore aujourd’hui demeure aussi bien concret.

- Les Alouettes ont également confirmé le retour du demi défensif Mikaël Charland, jeudi. L'athlète de 26 ans s'était amené à Montréal en juin 2017. En 12 parties, il a récolté un plaqué sur les unités spéciales. Charland a joué 15 parties en carrière dans la LCF et a gagné la Coupe Grey en 2016 avec le Rouge et Noir d’Ottawa.