/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Woody Allen et l’hypocrisie

Woody Allen
Photo AFP Woody Allen

Coup d'oeil sur cet article

Woody Allen est dans l’eau chaude.

Des comédiens qui ont déjà tourné avec lui jurent maintenant qu’on ne les y prendra plus jamais.

L’un d’eux a même redonné son cachet pour venir en aide aux victimes d’agressions sexuelles. C’est que la fille adoptive d’Allen et Mia Farrow, Dylan, réitère ses accusations face au cinéaste : il l’aurait agressée quand elle n’avait que sept ans.

Mais quelle hypocrisie de la part des comédiens ! Ça fait des années que Dylan affirme que son père est un agresseur ! Et ce n’est que maintenant, avec le mouvement #metoo, que ces acteurs se rendent compte que le vent tourne et que ça n’est plus du tout « tendance » de s’associer avec Woody Allen ?

AVEUGLEMENT VOLONTAIRE

En 2013, Vanity Fair publiait un article dans lequel Dylan parlait de l’agression présumée de son père adoptif. En 2014, le New York Times avait publié une lettre déchirante de Dylan Farrow, qui racontait le tout en détail.

Donc les acteurs qui disent aujourd’hui : « Si j’avais su, je n’aurais jamais tourné avec Woody Allen » n’ont jamais ouvert le Times ni Vanity Fair, qui ne sont pourtant pas d’obscures feuilles de chou ?

Au moment où les faits se seraient produits, deux enquêtes ont eu lieu. Aucune accusation n’a été portée contre Woody Allen. À partir de là, on choisit de croire Woody Allen (« un complot de la part de Mia Farrow ») ou on choisit de croire Dylan.

Mais faire des déclarations du type : « Si seulement j’avais su, jamais je n’aurais accepté de tourner dans son film », c’est de l’hypocrisie pure et simple.

Chers acteurs, vous avez accepté de tourner avec Woody Allen parce que vous capotiez de voir son nom dans votre CV. Admettez-le.

Les comédiens sont des girouettes : ils tournent selon le vent. Quand les films de Woody connaissent un grand succès commercial (comme Blue Jasmine), les acteurs seraient prêts à vendre leur mère pour jouer avec lui.

Mais quand le tsunami #metoo dicte que tout le monde à Hollywood doit balancer son porc, les comédiens retournent leur veste.

NI VU NI CONNU

Cette année, aux Golden Globes, on a remis le prix Cecil B. DeMille à Oprah Winfrey et son discours a fait le tour du monde.

Mais vous rappelez-vous à qui on a remis ce prix prestigieux en 2014 ? À Woody Allen.

C’est arrivé quelque temps seulement après la publication des déclarations de sa fille Dylan.

Vous rappelez-vous ce que Ronan Farrow, le fils de Woody Allen et Mia Farrow, avait écrit sur Twitter ce soir-là ? « J’ai manqué l’hommage à Allen. Est-ce qu’ils ont mis le segment où une femme affirme publiquement qu’il l’a violée à sept ans après ou avant le segment sur Annie Hall ? »

Mia Farrow avait écrit sur Twitter : « Une femme a décrit en détail avoir été violée par Woody Allen. L’hommage des Golden Globes est une preuve de mépris envers elle et tous les survivants d’abus semblables. »

Peut-être que les comédiens qui se bouchent aujourd’hui le nez en parlant des films de Woody Allen, en plus de ne pas lire les journaux, ne sont pas abonnés à Twitter.