/lifestyle/psycho
Navigation

8 choses à savoir sur la timidité

Beautiful natural looking young smiling brunette woman, wearing knitted scarf, covered with snow flakes. Snowing winter beauty concept.
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Chacun est timide à sa façon. Certains le sont trop ou tout le temps, d’autres le sont juste une fois de temps en temps. Mais qu’est-ce que la timidité ? Où se situe-t-elle dans l’échelle des anxiétés de ce monde ? Quand est-ce un défaut ? Une qualité ? Une souffrance ? Pour y voir clair, Lyn E. Alden et W. Ray Crozier ont creusé le sujet dans Mieux vivre avec la timidité et la phobie sociale.

1• Des situations intimidantes. On a tous déjà ressenti une appréhension dans une situation inhabituelle ou nouvelle. On ne rencontre pas un supérieur hiérarchique une première fois sans une certaine gêne, à moins d’avoir une extrême confiance en soi, voire de l’arrogance. Pour la plupart d’entre nous, prendre la parole en public, rencontrer une personnalité publique, assister à un premier rendez-vous amoureux, se trouver en entrevue d’embauche sont des situations quelque peu intimidantes.

2• L’effet physique de la timidité. La timidité essaie de se cacher aux autres, mais elle ne se cache pas à la personne qui la subit : on sue, on tremble, on a des papillons dans le ventre, on parle en hésitant ou en trébuchant sur les mots, on fait de l’hyperventilation, on a les mains moites, les jambes qui vacillent, le cœur qui part en vrille, on rougit, voilà quelques signes qui montrent qu’on est intimidé. On ne les aura pas tous en même temps, du moins j’espère ! Autre caractéristique du timide : il a le regard évitant.

3• Qui est timide ? Si vous vous percevez comme timide, sachez que vous n’êtes pas seul, car selon les enquêtes sur le sujet, en moyenne 40 % des gens le pensent également d’eux-mêmes. Parmi ce 40 %, la moitié considère que c’est un problème, que cela nuit à leur quotidien. C’est là que ça devient moins drôle.

4• Est-ce grave ? La fréquence de nos timidités peut nous aider à voir si c’est un problème à régler. Si je suis vaguement gênée, une fois par mois ou même par semaine, ça va. Si c’est tous les jours, il faut y voir. De 2 à 5 % des gens souffriraient d’une forme extrême de timidité : la phobie sociale. Quand la timidité modifie notre humeur et que le quotidien devient difficile, il faut y voir. Quand on traverse la rue pour éviter quelqu’un parce que ça nous rend trop nerveux, ça ne va plus. Trop de timidité est souffrant, et cela peut évoluer (assez facilement) vers une dépression ou vers une dépendance à des substances. Genre : on prend un verre pour se donner du cran. Puis un autre...

5• D’où vient la timidité ? Selon le psychologue Jerome Kagan, la timidité serait en partie génétique et pourrait être détectée chez un bébé de 4 mois. L’environnement modifiera la donne en stimulant ou en décourageant le comportement timoré ou craintif. On peut penser que si les parents sont également timides, l’enfant court le risque de développer cette caractéristique.

6• Les qualités du timide. On a tendance à croire que les timides manquent de confiance en eux ou même d’estime de soi, ce qui peut parfois être vrai. Cela dit, il ne faudrait pas oublier leurs qualités : ils écoutent mieux que la moyenne des gens, sont réservés, polis, souvent humbles. On dit aussi qu’ils ont un bon sens de l’observation et que leur discrétion en fait de bons collègues et amis. Ils sont sensibles et ont une attitude réfléchie. Si vous êtes vous-même timide, repérez donc vos qualités. Après tout, il faut se donner des lauriers.

7• Les défauts du timide. Mais il y a du moins bon : la personne timide réagirait trop rapidement aux émotions faciales des autres, ce qui nuit, car elle se laisse troubler. Accordant beaucoup d’attention aux détails, le timide hésite longtemps avant de se décider. Il a tendance à s’effacer (à ne pas prendre sa place), manque d’assurance et s’excuse parfois trop. Il évite les contacts physiques. Le timide a parfois une vision dichotomique de lui-même : soit il se sent nul, soit il se sent extra.

8• Trois facettes au problème. La personne timide a trois problèmes sur les bras : elle surestime l’intensité de ses faiblesses, elle surestime la visibilité de sa timidité (en pensant que les autres voient tout), elle surestime le risque d’être rejetée. En fait, en situation de timidité, on dirige le projecteur sur soi, peut-être un peu égoïstement. En apprenant à changer son regard sur les gens et les événements, on pourrait éviter bien des désagréments.

On verra la semaine prochaine comment vaincre cette timidité.