/finance/pme
Navigation

De Pepsi à des patios sur mesure

Patrick Royer a quitté un poste bien payé pour lancer sa propre entreprise de construction de terrasses

Patrick Royer
Photo Caroline Lepage Patrick Royer a retrouvé le sourire depuis qu’il a démarré Prodeck, qui a donné un deuxième souffle à sa carrière.

Coup d'oeil sur cet article

BROMONT | Lorsque Patrick Royer a demandé du financement pour démarrer son entreprise de construction de balcons, sa banque trouvait insensé qu’il quitte un si bon emploi chez Pepsi. Or, il voulait penser à lui, maintenant que ses enfants étaient devenus grands.

Patrick Royer a été embauché il y a 20 ans comme technicien en réfrigération chez Pepsi. Après avoir occupé presque tous les postes de son département, à Montréal et à Granby, il était mûr pour un nouveau défi.

« Je virais en rond. J’ai besoin de projets », lance ce père de famille.

Pourtant, M. Royer gagnait environ 80 000 $ par an. Il bénéficiait de cinq semaines de vacances, de bonnes assurances et d’un fonds de pension.

Comme ses deux enfants avaient atteint l’âge de la maturité, il avait moins besoin de sécurité financière pour subvenir aux besoins de sa famille. De plus en plus, il rêvait de devenir son propre patron.

Devenir entrepreneur

M. Royer s’est alors questionné sur ce qu’il aimait pour sa future carrière. Le travail manuel et physique, le plein air, l’odeur du bois faisaient partie de ses priorités.

« J’ai plusieurs amis en affaires », dit-il.

L’un d’entre eux est propriétaire de Martel paysagiste sur la Rive-Sud de Montréal. Ce dernier cherchait à s’associer à un entrepreneur qui construirait les terrasses de ses plans d’aménagement extérieur.

M. Royer, qui a participé à la construction de cinq maisons, y a vu une occasion d’affaires qui cadrait avec ses aptitudes.

Après avoir préparé un plan d’affaires et obtenu le financement espéré, le résident de Bromont a décidé de foncer. Pour lui, le plus difficile a été d’avoir le courage de démissionner.

« Si ma blonde ne m’avait pas dit oui, je serais encore chez Pepsi », confie l’homme de 42 ans.

En janvier 2017, M. Royer a démarré Prodeck, son entreprise qui fabrique des patios et terrasses sur mesure. Sa première année d’opération a dépassé les attentes, et les contrats, auxquels son père et un jeune menuisier ont participé, n’ont pas manqué.

Son entreprise s’inscrit dans la tendance où les gens préfèrent aménager un salon ou une cuisine extérieurs plutôt qu’agrandir leur maison.

« On a tous un “mon’oncle” capable de faire un balcon. Moi, je voulais amener ça à un autre niveau », commente l’entrepreneur.

Poisson dans l’eau

Pour ce faire, M. Royer a suivi des formations et a obtenu sa licence comme entrepreneur général.

« Je gagne la moitié de mon ancien salaire pour deux fois plus de travail », évalue le propriétaire de Prodeck, qui n’a jamais regretté sa décision. Sa paye est de voir le résultat de son travail qui lui vaut les félicitations de ses clients.

« Je n’ai jamais l’impression de travailler. Je me sens comme un poisson dans l’eau ! » s’exclame-t-il.

Patrick Royer, 42 ans

  • Diplôme d’études professionnelles (DEP) en réfrigération (1995-1997)
  • Technicien en réfrigération chez Pepsi (1998-2017)
  • Propriétaire de Prodeck (depuis janvier 2017)

UNE DE SES MEILLEURES DÉCISIONS

  • Avoir pris le risque de quitter son emploi pour démarrer son entreprise.

UNE DE SES PIRES DÉCISIONS

  • Avoir attendu si longtemps avant de faire le grand saut.

Vous avez vécu la même expérience. Écrivez-nous : pmeinc@quebecormedia.com