/weekend
Navigation

Deux hommes en terrain hostile

Deux hommes en terrain hostile
Photo Angelo Barsetti

Coup d'oeil sur cet article

C’est une nouvelle mise en scène de la pièce Dans la solitude des champs de coton, signée Brigitte Haentjens, qui sera présentée à l’Usine C. Mettant en vedette Sébastien Ricard et Hugues Frenette, ce drame contemporain de l’auteur français Bernard-Marie Koltès nous plonge dans un monde hostile où un dealer de drogue fait face à son client.Écrite en 1985, la pièce obscure est campée dans un non-lieu où deux hommes se rencontrent. On laisse transparaître un quartier sombre, un endroit que l’on aimerait éviter. « Ça pourrait être dans n’importe quelle grande ville dans le monde », ­précise Sébastien Ricard, qui campera le client.

Le comédien, qui a travaillé à plusieurs reprises avec la metteure en scène Brigitte Haentjens, est heureux de retrouver sa complice de longue date dans une pièce forte qui résonne aujourd’hui. « J’ai découvert cette pièce alors que j’étudiais à l’École nationale. C’est la première pièce qui m’a connecté avec la dramaturgie contemporaine », confie l’acteur. « Moi qui étais jusqu’alors interpellé par des pièces classiques telles que Molière et Ionesco, cette lecture a été pour moi un choc, réalisant que le théâtre pouvait être d’une profonde actualité. »

Si le sujet et la langue de l’auteur ont séduit le comédien, les spectateurs devront s’attendre à voir une pièce plutôt noire qui ne met pas en ­perspective les plus beaux aspects de la société.

Lutte de pouvoir

Cette pièce veut, avant tout, démontrer une lutte de pouvoir à savoir qui des deux est le plus fort ; le vendeur de drogue, qui détient la marchandise dont l’autre a besoin, ou bien le client, qui a l’argent dont l’autre a aussi besoin ?

« Il y a des gens qui ne sont pas faits pour ­s’entendre », fait remarquer Sébastien Ricard. « C’est le cas entre ces deux hommes. »

L’auteur a voulu transformer une transaction de drogue en une troublante joute verbale qui sera menée par le biais d’une série de monologues. Entre ces deux hommes, dont un représente celui qui possède alors que l’autre projette celui qui a besoin de quelque chose, les deux se retrouveront en péril dans ce combat sans fin.

Théâtre tragique

« Cette pièce compte une dimension tragique », souligne le comédien.

On sait d’emblée que la joute verbale va se ­diriger vers un affrontement violent. « C’est une pièce très obsédante avec une dimension ­instinctive quasi animale », soutient l’acteur.

Si, au départ, on utilise un propos diplomate à la manière de deux êtres civilisés, le tout va ­dégénérer. L’affrontement verbal se terminera par un affrontement physique. « Contrairement à la majorité des pièces, plus on avance dans le ­scénario, plus on se dirige vers l’obscurité », conclut Sébastien Ricard.

Dans la solitude des champs de coton

♦Auteur : Bernard-Marie Koltès

♦Mise en scène : Brigitte Haentjens

♦Distribution : Sébastien Ricard et Hugues Frenette

♦Du 23 janvier au 10 février à l’Usine C

♦Du 21 au 24 février 2018 au Théâtre ­français du CNA