/lifestyle/sexromance
Navigation

Orgasmes nocturnes

Beautiful young woman sleeping
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Connaître l’orgasme en dormant est un phénomène surtout connu chez les hommes, mais il existe également chez les femmes. Peu connu car peu étudié, l’orgasme nocturne féminin est loin d’avoir révélé tous ses mystères ! Quelle est la différence entre l’orgasme nocturne féminin et masculin ? Est-ce que toutes les femmes connaissent des orgasmes nocturnes ? Parlons-en !

Bien connus pour leurs manifestations physiques évidentes et leurs indices révélateurs, les orgasmes nocturnes masculins ne surprennent plus.

Assez tôt dans l’éducation sexuelle, le sujet est abordé : il est très probable que le garçon pubère connaîtra des éjaculations nocturnes. Un orgasme sera-t-il associé nécessairement à ce phénomène ? La réponse est non. Autrement dit, le corps pourra réagir – érection et éjaculation –, alors que le garçon/l’homme ne ressentira pas subjectivement et automatiquement l’orgasme. Qu’en est-il du phénomène chez la femme ?

Bien endormies dans les bras de Morphée, certaines femmes se réveillent avec une sensation d’avoir joui.

Nombreuses sont celles qui ont le sentiment que tout cela, quoique flou, est tout de même bien réel : contractions pelviennes, sueurs, joues enflammées et sensations d’extrême bien-être. Contrairement au phénomène chez l’homme, celui chez la femme est plutôt difficile à étudier !

En effet, il est assez improbable de brancher un appareillage sur les organes de la femme, alors que chez l’homme, celui-ci se place facilement sur le pénis afin d’effectuer des mesures pour tenir une base de données et compiler des statistiques sur le sujet !

De plus, ces orgasmes nocturnes féminins peuvent être assez discrets et parfois même passer inaperçus.

Comment ?

Plusieurs hypothèses sont avancées.

Les orgasmes nocturnes surviennent alors que la femme ne connaît aucune stimulation physique. Toutefois, certains émettent l’hypothèse selon laquelle la position du sommeil influencerait davantage la possibilité de vivre un orgasme durant la nuit : une femme couchée sur le ventre aurait donc plus de chance de connaître ces sensations orgasmiques.

Autre hypothèse : les organes génitaux connaissant un afflux sanguin lors du sommeil paradoxal ; cela faciliterait la survenue de l’orgasme nocturne également chez la femme.

Des explications psychologiques pourraient également être avancées ; la nuit, le stress et les tensions (inhibitions, complexes ou autres blocages) sont au point mort, permettant alors au corps de se relâcher, de s’abandonner totalement : deux ingrédients essentiels pour l’atteinte d’un orgasme... Phénomène réel, mais peu documenté, l’orgasme nocturne féminin demande à être davantage exploré...

Et vous, avez-vous déjà connu ce type de plaisir sexuel ?

Nathalie, une femme de 46 ans, nous raconte:

« La première fois où j’ai ressenti un orgasme à l’état de conscience, j’avais une impression de déjà-vu ! Un peu comme si ce n’était pas la première fois. Je n’en ai pas fait de cas. Mais je me suis retrouvée durant une grosse partie de ma vie avec un homme avec qui ce n’était pas possible d’atteindre l’orgasme. Lors de nos relations sexuelles, soit il éjaculait trop rapidement, soit il se désintéressait de mon plaisir au point de ne se concentrer que sur le sien. Parfois, je me masturbais, mais c’était plutôt rare. Je n’étais pas consciente que le sexe me manquait, mais quand je me suis aperçue que j’avais des orgasmes en dormant, c’est là que le déclic s’est fait. J’étais frustrée le jour et mon corps me gâtait la nuit ! Je sais que c’est fou, mais ça a duré 18 ans. Je me suis finalement séparée ! Malheureusement, je n’ai pas eu connaissance d’avoir d’autres orgasmes nocturnes. Mais j’en ai éveillée et bien stimulée, c’est vraiment agréable ! »