/sacchips/spicy
Navigation

Voici ce qu’on a appris sur le sexe en 2018 au Salon de l’amour et de la séduction

Voici ce qu’on a appris sur le sexe en 2018 au Salon de l’amour et de la séduction

Coup d'oeil sur cet article

En fin de semaine se déroulait le Salon de l’amour et de la séduction à Montréal, et on a décidé d’aller voir à quoi ressemblait cet immense rassemblement de boutiques érotiques à aire ouverte.

Parce que disons-le, par « amour », on entend sexe, et par « séduction », on entend sexe. En effet, ne reculant devant aucune loi de rigueur scientifique, nous croyons qu’il est possible d’affirmer sans se tromper que jamais autant de godemichets ne s’étaient retrouvés au même endroit au même moment.

(OK, pour être bon joueur, mentionnons tout de même la présence d’un kiosque de littérature érotique ainsi que celle d’un photographe de boudoir.)

Au fil des rencontres, des discussions et d’une possible inscription accidentelle à une croisière échangiste dans le sud, voici ce que nous avons retenu de cette visite :

• Les objets les plus vendus en boutique actuellement? Tout ce qui peut s’utiliser en couple (ou, tsé, à plus qu’un). C’est ce que nous apprend Marilou, porte-parole de Sexe et cie. « En 7 ans, on a vraiment vu le changement. Les femmes s’affirment et achètent des jouets qui leur feront plaisir à elles aussi. Pas seulement ce qu’elles croient qui ferait plaisir à leur partenaire. »

Voici ce qu’on a appris sur le sexe en 2018 au Salon de l’amour et de la séduction
Courtoisie

 

Lors de notre passage, la clientèle de curieux était d’ailleurs composée majoritairement de couples dans la quarantaine.

• La nouveauté adorée du public? Le Miss on the go, un petit engin qui peut se déclencher à distance et dont on peut donner le contrôle à son partenaire (ou le garder pour soi), mais qui peut aussi être déclenché par un inconnu via une application.

Voici ce qu’on a appris sur le sexe en 2018 au Salon de l’amour et de la séduction
Courtoisie

Wild!

• Les gars, eux, ils aiment quoi? En plus des « masturbateurs », un bidule qui peut sembler étonnant si vous êtes un néophyte du sex toy, les messieurs aiment bien les « produits ». C’est-à-dire les crèmes, les huiles et les poudres. « Que ça pétille, que ça réchauffe, que ça stimule, les gars aiment ça! » lance Marilou.

• Les femmes sont toujours majoritaires dans le domaine du conseil à la vente de jouets érotiques. « Mais avez-vous des employés garçons? » demandons-nous, étonnés de ne pas voir beaucoup de visages masculins. « En ville, oui. En région, ça passe parfois moins bien », nous avoue une propriétaire de boutique. Les femmes sont plus à l’aise de parler avec une femme, et les hommes aussi. 

Voici ce qu’on a appris sur le sexe en 2018 au Salon de l’amour et de la séduction
Courtoisie

 

Ben coudonc.

• Le fétichisme, qui a gagné en popularité dans les dernières années grâce à 50 nuances de Grey, continue de fasciner la clientèle. Des kiosques spécialisés occupent d’ailleurs des places de choix au salon. « Je ne pense pas que ça soit vraiment plus populaire qu’avant. Je pense juste que les gens se donnent le droit de l’essayer », nous lance une des conseillères sur place.

 

• Apparemment, le caming est une industrie qui génère plusieurs millions de dollars. Il s’agit d’une entreprise qui permet à des femmes de « s’exposer » devant une webcam et de gagner de l’argent en les mettant en contact avec des clients qui paient pour leur service à distance. Selon Rachel, de myfreecams.com, une entreprise basée à Chicago, ses « modèles » peuvent gagner jusqu’à 75 000 $ par mois. « Oh, c’est une carrière », nous confirme-t-elle comme si c’était la chose la plus normale qui soit.

• Le milieu échangiste est sorti depuis longtemps des clubs et des bars louches peu éclairés. Sachez que vous pouvez maintenant embarquer pour une croisière échangiste dans les Caraïbes. La croisière s’amuse indeed.

Voici ce qu’on a appris sur le sexe en 2018 au Salon de l’amour et de la séduction
Courtoisie

 

Et finalement, les dildos fédéralistes existent, et nous les avons pris en photo pour vous.

Ô Canada.