/news/education
Navigation

Des surdoués pour sauver le monde

Coup d'oeil sur cet article

Des personnes douées de partout dans le monde se réunissent depuis les années 1940 grâce à l’organisation Mensa, dont l’objectif est d’aider l’humanité.

« À l’origine, le but était de faire un remue-méninges pour trouver des solutions intelligentes et pacifiques aux problèmes qui ont suivi la Deuxième Guerre mondiale et pour éviter de futurs conflits », explique la membre de Mensa Québec, Huguette Lamontagne.

<b>Huguette Lamontagne</b><br />
Mensa Canada
Photo courtoisie
Huguette Lamontagne
Mensa Canada

« On peut voir que nous n’avons pas vraiment atteint nos objectifs », ajoute-t-elle.

L’organisation fondée en 1946, en Angleterre, compte environ 130 000 membres provenant de 100 pays. Des groupes Mensa existent dans tous les continents, à l’exception de l’Antarctique.

Le seul critère d’admissibilité est d’obtenir des résultats supérieurs à ceux de 98 % de la population aux tests d’intelligence Mensa, qu’il est possible de passer en contactant l’organisation.

Club social

Avec les années, l’organisation est surtout devenue un club social pour les gens avec des capacités intellectuelles plus élevées qui souhaitent se retrouver entre eux et partager des champs d’intérêt communs.

« Mensa tire maintenant dans toutes les directions. On a des groupes d’amateurs de plongée sous-marine, de philatélistes, des amateurs de chants persans ou pour les gens de la communauté LGBT », énumère Mme Lamontagne, qui fait partie de Mensa depuis plusieurs années.

Au pays, il existe entre autres les regroupements Mensa Canada, Mensa Québec et Mensa Montréal. Soupers, dîners, sorties au musée... des dizaines d’activités sont organisées aux différents échelons tous les mois.

Une fois membre, un « Mensan » peut se joindre à n’importe quel groupe dans le monde.

« Nous sommes : professeur, conducteur de camion, scientifique, pompier, informaticien, fermier, comédien, musicien, chef d’entreprise, photographe, militaire, policier, guide touristique... Certains d’entre nous sont millionnaires, d’autres travaillent au salaire minimum », peut-on lire sur le site de Mensa Québec.

On comptait près de 2000 membres au Canada en 2009.

 

Rares chiffres

Les statistiques se font très rares dans les domaines de la douance. Il faut se référer à des chercheurs étrangers pour se faire un portrait de la situation, et là encore, les différents spécialistes ne s’entendent pas toujours.

60 à 75 %

Proportion d’enfants surdoués qui ont un développement cognitif harmonieux, non lié à d’autres problèmes comme le trouble de déficit d’attention et d’hyperactivité (TDAH).

25 à 50 %

Proportion de surdoués qui reçoivent un diagnostic erroné de TDAH dans leur vie (Webb et coll., 2016).

8 à 10 %

Proportion des personnes douées qui tiennent des propos suicidaires sérieux avant l’âge de 12 ans.

Plus de suicides

Les recherches du psychologue Martin Voracek (2004) montrent un taux de suicide 4 fois plus élevé chez les individus extrêmement doués que dans la population générale.