/entertainment/shows
Navigation

Des Québécoises au Carnaval de Rio

Elles participeront aux Olympiques annuels de la samba

Laeticia Mogène
Une passionnée de samba, Sarah-Louise, la danseuse de Québec Laeticia Mogène (au centre), qui participera au Carnaval de Rio, en février 2018 et son adjointe Karina Mirande.

Coup d'oeil sur cet article

À Rio de Janeiro, le Carnaval est une affaire sérieuse et sa compétition de samba se jouait, depuis toujours, entre Brésiliennes. Or, cette année, l’organisation a décidé d’entrouvrir la porte à des danseuses de l’étranger si bien qu’une douzaine de Québécoises participeront à ces Olympiques annuels de la samba.

Cette sélection est digne de mention, car ne participe pas qui veut au célèbre et coloré Carnaval de Rio. Seule une Brésilienne d’origine, sur invitation d’une muse du Carnaval de Rio, pouvait envoyer des danseuses à la compétition qui oppose les plus grandes écoles de samba de Rio.

C’est ainsi que Mel Souza Cunha­­­, propriétaire d’une école de samba de Montréal, a pu recruter des Québécoises qui défileront sous les couleurs de l’école Renascer de Jacarepaguá, deux fois championne du carnaval.

Pour une danseuse de samba, participer au Carnaval de Rio, c’est une chance inouïe, s’enflamme Laeticia Mogène, l’une des deux représentantes de Québec au sein de la délégation québécoise.

« Dans ce style, c’est le summum. Surtout quand tu n’es pas brésilien et que tu vis au Canada à -40 degrés Celsius. »

Endurance

Le 9 février, les Québécoises prendront donc part au défilé des écoles de la série A. Elles devront danser et chanter une pièce en portugais pendant cinquante minutes.

La pression sera énorme. Le moindre faux pas pourrait faire perdre de précieux points à leur équipe. Tout cela juchées sur des talons de trente centimètres, que Laeticia Mogène porte chaque jour pour être à l’aise le grand soir venu.

Alors si vous pensiez que les participantes au carnaval ne faisaient que se trémousser dans leurs costumes garnis de plumes, vous étiez dans le champ.

« Il faut s’entraîner fort parce que là-bas, les Brésiliennes s’entraînent chaque jour, toute l’année. Ils ne vivent que pour le Carnaval. Ça demande beaucoup d’endurance physique et mentale pour être à la hauteur pendant tout le défilé. »

À la tête de l’agence de gestion de danseurs Diva’s Productions et propriétaire de l’école Studio Dance Connection, à Limoilou, Laeticia Mogène sera accompagnée à Rio par son adjointe Karina Mirande. Selina Salvagio Melo, Alexandra Loembe, Amélie T. Vincent, Carolle Vaudry­­­, Meghan Delisle, Caroline Demers et Christine­­­ Daniels sont quelques-unes des danseuses d’ici qui prendront part à l’aventure.