/news/society
Navigation

L'adolescence devrait s'étendre jusqu'à 24 ans, estiment des chercheurs

Bloc couple
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Les jeunes restent à l’école plus longtemps, retardent le début de leur vie de couple et également la parentalité, ce qui étirerait la période de l’adolescence jusqu’à 24 ans selon des chercheurs australiens.

Ces scientifiques croient qu’il est vital de changer la définition de l’adolescence afin de s’assurer que les lois soient toujours appropriées, ont-ils indiqué dans une lettre d’opinion publiée dans le journal «Lancet Child & Adolescent Health».

Le mode de vie n’est pas le seul argument émis par les chercheurs pour prolonger l’adolescence. La science a prouvé que le corps et le cerveau continuent de se développer bien au-delà de 18 ans, a rapporté la BBC.

Autre exemple, les dents de sagesse, chez plusieurs personnes, sortent complètement autour de 25 ans. Les règles chez les filles se produisent beaucoup plus tôt qu’auparavant.

«Bien que de nombreux privilèges juridiques commencent à 18 ans, l'adoption des rôles et des responsabilités en tant qu’adultes se produit généralement plus tard», indique l’auteure principale de l’étude, Susans Sawyer, directrice du centre pour la santé des adolescents du Royal Children's Hospital de Melbourne.

Selon elle, la parentalité, le mariage et l'indépendance économique représentent bien la «semi-dépendance» envers les parents qui caractérisent l'adolescence.

«De nos jours, cibler l’adolescence entre 10 et 24 ans, correspond plus à la vie d’aujourd’hui» ajoute-t-elle.

Une autre experte avertit toutefois des risques «d’infantiliser les jeunes» et croit que d’étirer dans le temps le concept de l’adolescence, représente un danger.

«Les enfants plus vieux et les jeunes gens sont modelés beaucoup plus par rapport aux attentes de la société envers eux, que par rapport à leur biologie», explique Jan Macvarish, une sociologue spécialisée en parentalité de l’Université de Kent, citée par la BBC.

«La société doit maintenir des attentes élevées envers la prochaine génération», croit-elle.