/auto/opinion
Navigation

Voitures électriques : À quand le tsunami tant attendu?

Voiture électrique
zapp2photo - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

L’avenir de l’automobile est électrique. Ça, la grande majorité des têtes dirigeantes de l’industrie automobile semble en avoir la certitude.

Et pourtant, suffit d’aller faire un tour dehors pour réaliser que les voitures électriques sont encore bien rares sur nos routes. Malgré des millions de dollars en subventions accordées par le gouvernement provincial, la Belle Province est encore bien loin de son objectif visant à voir 100 000 véhicules électriques (VE) sur les routes du Québec d’ici 2020.

Sauf qu’il y a de l’espoir.

 

À lire aussi : Record de ventes pour les véhicules verts en Norvège

À lire aussi : Pour en finir avec l’autonomie des voitures électriques

 

L’offre en matière de VE ne cesse de s’améliorer, que ce soit chez les modèles entièrement électriques ou chez les hybrides rechargeables.

Au Salon international de l’auto de Montréal, cette année, près de 30 modèles hybrides et électriques différents fouleront le plancher du Palais des congrès.

Chez les électriques pures et dures, des modèles comme la Volkswagen e-Golf, la Hyundai Ioniq EV ou la nouvelle Nissan Leaf réussissent à proposer une autonomie de 200 kilomètres ou plus tout en conservant un prix de départ tournant autour de 35 000 $. On commence à jaser.

Évidemment, ça ne peut pas correspondre aux besoins de 100 % de la population. Le temps de recharge est encore long et la distance parcourue n’atteint pas encore celle d’un véhicule à essence.

Sauf qu’en comparant la situation d’il y a cinq ans à celle d’aujourd’hui, on voit qu’il y a de la lumière au bout du tunnel. Et si la tendance se maintient, comme dirait Bernard, l’industrie automobile risque d’être méconnaissable d’ici quelques années.

En gros, deux facteurs risquent de faire décoller les ventes de VE d’ici les prochaines années : des prix à la baisse et une autonomie à la hausse. Combinez ces deux éléments, et les constructeurs automobiles vendront leurs VE comme des petits pains chauds.

Reste à voir si tout ça pourra se faire d’ici 2020...