/investigations
Navigation

Les partis politiques provinciaux craignent le crime organisé dans le pot

Periode des questions
Photo d'archives Simon Clark Le député péquiste Nicolas Marceau

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Les partis politiques provinciaux se disent préoccupés que de nombreux producteurs de cannabis bénéficient de financement des paradis fiscaux et demandent davantage de transparence des producteurs québécois.

« De façon générale, il faut lutter contre les paradis fiscaux, mais dans le cas de l’industrie du cannabis, c’est encore plus important parce que c’est un secteur qui, traditionnellement, a été contrôlé par le crime organisé », a réagi le député péquiste Nicolas Marceau, qui siège également comme vice-président de la Commission des finances publiques.

« Si le crime organisé fait des opérations dans des paradis fiscaux, ça deviendrait impossible à détecter, ajoute-t-il. Ottawa est négligent. »

​« Il faut s’assurer dès maintenant que la production ne passe pas des mains du crime organisé à celles du capitalisme débridé », a ajouté le député de Québec solidaire Amir Khadir.

Le fisc questionné

Le président de la Commission des finances publiques, le député libéral Raymond Bernier, entend d’ailleurs poser des questions à Revenu Québec et au ministère des Finances en février pour savoir comment obtenir des informations sur les producteurs québécois.

« Il faut pouvoir regarder la composition des investisseurs et regarder les structures financières de ces compagnies », dit-il.

Il ajoute que Santé Canada devrait travailler davantage avec l’Agence du revenu du Canada pour obtenir plus d’information sur les investisseurs.

Le Parti québécois va plus loin et demande que Québec se substitue à Santé Canada pour accorder les autorisations aux producteurs de cannabis d’ici afin de pouvoir imposer des règles plus sévères.

« Le cannabis qui sera consommé au Québec devrait être produit au Québec, insiste M. Marceau.