/opinion/columnists
Navigation

Pas de fumée sans pot

Pas de fumée sans pot
Photo Martin Alarie

Coup d'oeil sur cet article

Le scandale politico-financier de la prochaine décennie est-il en train de se déployer sous nos yeux?

Les informations dévoilées par Le Journal démontrant que plusieurs acteurs de l’industrie du cannabis reçoivent du financement en provenance de paradis fiscaux sont troublantes. Ne serait-ce qu’en raison de l’engouement créé par la légalisation imminente, avec 86 producteurs autorisés et des centaines de millions investis.

Juteux profits

Manifestement, on prévoit de juteux profits. Ainsi, on peut difficilement éviter de remarquer l’étrange convergence entre l’empressement du gouvernement de Justin Trudeau à aller de l’avant et l’intérêt que plusieurs proches du Parti libéral fédé­ral semblent s’être découvert pour la marie-jeanne.

Ils sont nombreux dans les conseils d’administration. D’anciens ministres sont même du nombre.

À la présence d’investisseurs agissant depuis les paradis fiscaux s’ajoute l’opacité entourant leur identité, tant du côté des entreprises que dans le discours des autorités réglementaires. Surtout lorsque se trouve à Ottawa un gouvernement ouvertement complaisant en matière d’évitement fiscal.

Siffler comme un épais

En fait, dès qu’on interroge le gouvernement sur ce problème, le porte-parole désigné pour répondre semble avoir reçu pour directive de siffler en regardant dans l’autre direction. Justin Trudeau évite soigneusement de s’attaquer, en paroles ou en gestes, à ce fléau pour les finances publiques. C’est plutôt le contraire, en fait.

Voici donc le portrait: un gouvernement qui a pour priorité absolue d’autoriser la commercialisation d’une substance connue pour ses effets toxiques; des proches du parti au pouvoir qui s’y intéressent pour des raisons mercantiles; des sources de financement occultes.

Que la légalisation nous enthousiasme ou qu’on y soit fortement opposé, il est temps de se demander s’il ne s’agit pas, dans la manière dont elle est orchestrée, d’un scandale qui cherche un moyen d’arriver.

Parce que ça commence à faire beaucoup de fumée pour quelques joints de pot...