/sports/hockey/canadien
Navigation

Plus de 300 partisans de Samuel Girard au Centre Bell

Un premier match en sol québécois pour la fierté de Roberval

Une délégation de 56 Robervalois s’est rendue au Centre Bell hier soir pour voir jouer Samuel Girard lors de son premier match en sol québécois depuis son arrivée dans la Ligue nationale de hockey.
Photo courtoisie Une délégation de 56 Robervalois s’est rendue au Centre Bell hier soir pour voir jouer Samuel Girard lors de son premier match en sol québécois depuis son arrivée dans la Ligue nationale de hockey.

Coup d'oeil sur cet article

Le premier match de Samuel Girard en sol québécois a attiré jusqu’à 350 membres de sa famille et amis qui se sont déplacés mardi pour voir jouer la fierté de Roberval au Centre Bell contre les Canadiens de Montréal.

Le match entre le CH et l’Avalanche du Colorado – équipe où évolue le petit défenseur – était la première occasion pour Tony Girard et sa femme Guylaine Dion de voir leur fils jouer à quelques heures de la maison.

Pour l’occasion, ils ont nolisé un autobus de 56 places qui a pris la route en pleine tempête, mardi matin, en direction de la métropole, où ils sont arrivés en milieu d’après-midi.

« Ça a pris une soirée et tous les billets étaient vendus », a raconté Tony Girard quelques heures avant le match mardi.

En tout, M. Girard estime qu’au moins 350 personnes originaires de la région se sont déplacées pour voir jouer son fils à Montréal.

Match spécial

La confrontation Canadiens-Avalanche revêtait également une signification particulière pour une partie de la famille Girard, à commencer par le père qui rêvait il y a longtemps d’un tel moment.

« Mon rêve de petit gars, c’était de jouer pour les Canadiens de Montréal. C’est sûr que j’aurais aimé que Sam soit repêché par eux. La vie en a fait autrement, mais ça va être toute une fierté pour nous de le voir jouer », a poursuivi le paternel.

Une autre frange de la famille Girard avait plutôt d’autres raisons de se réjouir puisqu’un match Canadiens-Avalanche, c’est ce qui se rapproche encore aujourd’hui le plus de la belle époque Canadiens-Nordiques.

« C’est sûr qu’on y pense un petit peu. Ma belle-famille, ce sont tous d’anciens partisans des Nordiques. Quand Sam a été échangé à l’Avalanche, ils étaient bien contents d’avoir un Nordique dans la famille ! »

Après une courte rencontre avec Samuel après le match, la famille devait reprendre la route vers Roberval en soirée.