/finance/business
Navigation

Québecor veut être payée par Juste pour rire

L’entreprise réclame plus de 1,1 million $

Coup d'oeil sur cet article

AGENCE QMI | Québecor Média a déposé mercredi en cour des réclamations totalisant plus de 1,1 million $ pour des services rendus par ses différentes divisions et filiales au Groupe Juste pour rire (JPR).

Cette réclamation fait suite à une mise en demeure relative au paiement des factures envoyées par Québecor Média en novembre dernier, quelques semaines après la publication d’allégations d’agressions sexuelles et de harcèlement portées contre Gilbert Rozon, le fondateur du festival Juste pour rire, qui a démissionné de son poste.

Québecor veut obtenir une somme de 1 177 000 $ de la part du Groupe JPR en services impayés de toutes sortes, comme certains provenant de Vidéotron et d’autres touchant à de la publicité diffusée dans les médias de Québecor ainsi que dans ses services d’affichage.

Dans sa mise en demeure, transmise en novembre, Québecor souligne que les « agissements de M. Rozon, ayant mené à la réprobation publique, ont pour effet de dévaluer substantiellement et significativement la valeur et la notoriété de la marque Juste pour rire et affectent indéniablement par le fait même les divers contrats s’y rapportant ».

Demande d’injonction

Le Groupe JPR et Québecor se trouvent actuellement devant les tribunaux dans un autre dossier : celui du droit de première offre que Québecor soutient détenir sur le Groupe.

Québecor a déposé une demande d’injonction il y a deux semaines pour interrompre le processus de mise en vente du Groupe JPR actuellement en marche.

Le géant des communications est commanditaire du Groupe depuis 2012 et a indiqué lui avoir versé plus de 45 millions $ en partenariats et commandites.

Dans le contrat de commandite conclu entre les deux compagnies, il est stipulé qu’en cas de vente de l’entreprise, Québecor aurait un droit de première offre.

Le Groupe Juste pour rire conteste ce droit, en affirmant que Québecor tenterait plutôt de faire baisser sa valeur pour mettre en échec l’actuel processus de vente.